Crise porcine : les gros élevages sont-ils la solution ?

le
7
À Saint-Symphorien, dans le département de la Gironde, une ferme de 4 hectares fait naître et engraisse près de 10 000 porcs tous les ans. 
À Saint-Symphorien, dans le département de la Gironde, une ferme de 4 hectares fait naître et engraisse près de 10 000 porcs tous les ans. 

 

Été 2015. La France est en pleine crise porcine. Le voisin allemand est alors présenté comme un modèle. Ses super-exploitations de dizaines de milliers de cochons ont permis aux agriculteurs allemands de résister à la concurrence mondiale et à la guerre des prix. En France, ce système de grande exploitation existe déjà. Selon le ministère de l'Agriculture, en 2010, il existait près de 280 exploitations de plus de 500 truies, soit 20 % environ du cheptel français. Ce type d'agriculture est cependant très confidentiel. Les contacts se murmurent au téléphone. « Ne dites pas que c'est moi qui vous l'ai dit ! » lâche un petit éleveur breton, « dénonçant » un de ses confrères des Côtes-d'Armor élevant un millier de truies, soit une dizaine de milliers de porcs engraissés.

700 truies, 10 000 porcs charcutiers

À Saint-Symphorien, dans le département de la Gironde, Sébastien Lang fait partie de ces gros éleveurs. Son exploitation de 4 hectares compte 700 truies qui donnent naissance à l'année à 10 000 porcs, qui sont ensuite engraissés pour une partie sur le site. Est-ce que son activité lui permet de survivre ? La réponse est oui, et même bien mieux que ses collègues bretons enlisés dans une crise qui ne date pas d'hier. Deux millions de chiffres d'affaires par an, huit salariés payés « largement » au-dessus du smic et des résultats financiers qui sont équilibrés à la fin de l'année. Quelle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le mercredi 16 sept 2015 à 12:55

    c'est juste une évidence... d'autant que les porcs dans les petites exploitations ne sont pas de meilleur qualité

  • jlshil le mercredi 16 sept 2015 à 12:22

    Et bien moi je n'ai pas envie de manger de porcs venant de chez Mr Lang ! et on ne m'y obligera pas parce que je finirai par me passer de viande !

  • Technof le mercredi 16 sept 2015 à 12:14

    La solution est le végétarisme !

  • 14rc259 le mercredi 16 sept 2015 à 11:44

    La solution pour moi, c'est de faire de la qualité et non la quantité. Il faut laisser la quantité aux grands pays avec de grands espaces. Nous il faut vendre localement de la bonne viande, l'agriculteur s'en sortira mieux avec moins d'investissement au départ et sa marge sera plus importante.

  • Cambio17 le mercredi 16 sept 2015 à 11:31

    Non, le Bio c'est la solution !

  • DADA40 le mercredi 16 sept 2015 à 10:54

    Ils fabriquent de la chair de porc sans muscle. C'est à dire de la m.... Les pauvres engraissés font du gras mais n'ont pas la place de bouger donc ils font du mou et non de la viande. Comme les poulets bretons....

  • marc2750 le mercredi 16 sept 2015 à 10:47

    De toute façon, 200 porcs ou 1000, cela reste de l'industrie porcine, plus de l'agriculture.