Crise grecque : Tsipras avait un plan B nommé Poutine

le , mis à jour le
12
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président russe Vladimir Poutine lors d'une cérémonie au Kremlin (photo d'illustration).
Le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le président russe Vladimir Poutine lors d'une cérémonie au Kremlin (photo d'illustration).

Financer le Grexit : voilà ce qu'aurait demandé Alexis Tsipras au président russe, au lendemain de sa victoire au référendum. Le journal grec To Vima, repris par le quotidien suisse Le Temps

, affirme que le Premier ministre grec avait requis un prêt de 10 milliards de dollars auprès de Vladimir Poutine. Objectif de cet emprunt : imprimer les nouvelles drachmes. Et se rapprocher du giron de la Russie pour mieux quitter celui de Bruxelles. Alexis Tsipras estimait d'ailleurs, sur la chaîne grecque ETR, que pour « qu'un pays puisse imprimer sa propre monnaie, il a[vait] besoin de réserves dans une monnaie forte ».

Problème, Vladimir Poutine n'aurait pas été sensible à l'allégeance d'Alexis Tsipras. Il aurait refusé le prêt, toujours selon To Vima, proposant en revanche une avance de 5 milliards de dollars sur le gigantesque gazoduc South Stream, qui passera par la Grèce. Un refus qui a contraint le Premier ministre grec à accepter les conditions de Bruxelles, malgré les résultats du référendum, analyse le quotidien grec.

La Chine et l'Iran à la rescousse

Toujours selon To Vima, repris par le Greek Reporter, Tsipras avait... Un plan C, en cas de fin de non-recevoir russe à son plan B. Il aurait ainsi sollicité la Chine et l'Iran, en vain. Pour étayer sa réflexion, le Premier ministre aurait également fait plancher des employés du ministère des Finances sur l'exemple de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le vendredi 31 juil 2015 à 16:18

    Et il y en a qui pleurent pour ces zi.got.os !!!!

  • Tinou23 le lundi 27 juil 2015 à 23:56

    Tsipras est vraiment un homme politique minable sans honneur et manipulateur

  • zemmour- le samedi 25 juil 2015 à 23:36

    Le Plan A est pourtant le même !

  • b.giral le samedi 25 juil 2015 à 16:31

    t'en fais pas que la Merkel ne le ratera pas au prochain virage, cette face de traite....................!!

  • pp1957 le samedi 25 juil 2015 à 12:08

    et certain on critiqué les allemands ...c'est eux qui avais raison , dehors les grecs

  • 11AB11 le samedi 25 juil 2015 à 11:05

    poutine il faudrait déjà qu'il s'occupe de son peuple et non de sa fortune personnelle ! ils rêvent les grecs !

  • M4358281 le samedi 25 juil 2015 à 11:05

    Petit SAL0 part

  • stepone7 le samedi 25 juil 2015 à 10:57

    pourquoi poutine a pas accepeter ? on aurai enfin pu se de debarasser de ce traitre de tsipras

  • MAUMIC le samedi 25 juil 2015 à 10:57

    Il est prêt à manger à tous les râteliers cet oiseau là.

  • M5299935 le samedi 25 juil 2015 à 10:54

    Malheureusement pour nous POUTINE faisait partie du plan """B""" .... et dire que nous aurions pu être définitivement débarrasser des grecs.