Crise grecque : course folle vers le "Grexit"

le
5
Une machine infernale va s'enclencher pour Athènes.
Une machine infernale va s'enclencher pour Athènes.

La Grèce va-t-elle bel et bien sortir de la zone euro ? Ce scénario de Grexit paraît désormais probable, même s'il peut encore être évité. Vendredi soir, Alexis Tsipras et son gouvernement de gauche radicale allié à la droite nationaliste ont pris ses partenaires de cours en annonçant un référendum à son peuple. Le Premier ministre grec a refusé les dernières propositions de réformes et de consolidation budgétaire exigées par ses créanciers (Commission européenne, BCE, Fonds monétaire international) pour poursuivre l'aide financière à son pays. Le vote doit avoir lieu le 5 juillet, mais la question précise qui sera posée aux Grecs reste incertaine. Voteront-ils sur l'appartenance de leur pays à la zone euro ? Sur les exigences des créanciers ? Nul ne le sait.

La confusion règne

Samedi, c'est la confusion qui règne. Pris de cours par le revirement grec, totalement inattendu, les ministres des Finances de la zone euro ont annoncé qu'ils ne prolongeraient pas le second plan d'aide accordé à la Grèce en 2012 au-delà du mardi 30 juin. Ce qui signifie que les Grecs voteront virtuellement dimanche prochain sur un plan d'aide expiré !Entre-temps, une machine infernale va s'enclencher. Athènes devrait être incapable de rembourser 1,6 milliard d'euros qu'elle doit au FMI mardi, ce qui la placerait aux yeux des agences de notation en situation de défaut partiel. La BCE va alors se retrouver en première ligne. Peut-elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le dimanche 28 juin 2015 à 10:00

    Si la Grèce sort, qu'elle retrouve sa monnaie dévaluée d'au monns 20%, c'est là qu'on va voir le vrai visage humain, pour ceux qui l'ignoraient encore bien sur. Ca va etre razzia, braderie, vide grenier géant, car en vérité ce pays est riche, richissime d'un patrimoine écologique méditérannéen qui vaut une fortune.

  • M8252219 le dimanche 28 juin 2015 à 09:54

    Chantage à l'Europe "Retenez moi ou je fais un malheur" Très bons comédiens ces Grecques. Mais qu'ils-y aillent et pas avec nos impôts.

  • horsebet le samedi 27 juin 2015 à 19:34

    Si la Grèce peut sortir, alors nous aussi; Tout cela n'est qu'un vaste jeu de chantage mutuel.

  • M8252219 le samedi 27 juin 2015 à 19:30

    En France ce n'est pas l'euro ni l'Europe la cause de nos difficultés,mais l'état qui englouti 57.5% du PIB: 100 milliards de dépenses de plus en 4 ans.1) le système social trop généreux et in contrôle.2)le surnombre des fonctionnaires et hauts fonctionnaires sans aucune productivité et aux dépenses incontrôlées. 3)les élus trop nombreux et aux indemnités inadmissibles et exonérées d’impôts.

  • aiki41 le samedi 27 juin 2015 à 19:29

    Le référendum : un acte démocratique contrairement au 49-3, en France et à toutes ces manœuvres des membres de la CE. Le peuple grec a le droit de s'exprimer, après il faudra qu'il assume son choix.