Compagnie Lebon : décote excessive

le , mis à jour le
0
La Compagnie Lebon a récemment repris les Thermes d'Allevard, en Isère. (© Cie Lebon)
La Compagnie Lebon a récemment repris les Thermes d'Allevard, en Isère. (© Cie Lebon)

En toute discrétion, le titre du holding vient de s’adjuger 9% en trois mois. Le bé­néfice net 2015 est ressorti à 14 millions d’euros, en hausse de 16,7%.

Une belle performance due à l’activité de capital-investissement, qui a bénéficié de la cession de Destia (services à la personne). Les deux autres métiers – hôtellerie (baptisée «hospitalité» chez Compagnie Lebon) et immobilier – ont enregistré des résultats plus contrastés.

Mais l’actif net réévalué a progressé de 5,5%, à 265 millions d’euros, et la situation financière est restée solide, avec une dette totale fin 2015 de 58 millions, soit 26,7% des fonds propres.

Stratégie dynamique

Le holding capitalise sur la complémentarité de ses métiers. Si le capital-investissement est par nature cyclique, Compagnie Lebon poursuit sa  stratégie de montée en gamme dans l’hôtellerie, principal con­tributeur à son actif net réévalué. Après l’acquisition du Royal Garden Champs-Élysées en juillet 2015, le groupe s’est associé à Fauchon pour créer et gérer le premier hôtel Fauchon, qui ouvrira ses portes place de La Madeleine à Paris, début 2018.

Compagnie Lebon s’est aussi diversifié avec succès dans le thermalisme, qui présente de fortes synergies avec l’hôtellerie. Cette stratégie dynamique dépoussière l’image de la société.

La décote boursière de 40% sur l’actif net réévalué

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant