Commerzbank double son bénéfice net au T2

le
0

(Actualisé avec des précisions) FRANCFORT, 7 août (Reuters) - Commerzbank CBKG.DE a annoncé jeudi une hausse de son bénéfice au deuxième trimestre, imputable en partie à une diminution des créances douteuses et irrécouvrables, et dit qu'elle accélérait les cessions d'actifs non stratégiques. La réduction rapide du portefeuille d'actifs douteux de l'établissement, remisés dans une structure de défaisance, doit faciliter le redressement de la deuxième banque allemande, laquelle a dû faire appel à l'Etat pour surnager. La banque entend à présent ramener son portefeuille de financements immobiliers et maritimes à 20 milliards d'euros et le portefeuille de financements publics à 47 milliards d'euros. Commerzbank estime que les sanctions infligées à la Russie n'auront qu'un impact restreint sur ses activités sur place mais ajoute qu'elle suit de près l'évolution de la situation au point de vue de la gestion du risque. A la fin du deuxième trimestre, son exposition à la Russie était de 5,4 milliards d'euros contre 6,1 milliards au premier trimestre. La banque a dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net de 100 millions d'euros contre 40 millions un an auparavant et un consensus qui le donnait à 125 millions. Le bénéfice imposable ressort à 257 millions d'euros (consensus: 222 millions). L'action est stable en avant-Bourse. Une hausse des résultats de la banque de dépôt et des opérations en Europe de l'est a compensé la diminution du résultat de la banque d'investissement durant le trimestre. La division Mittelstand, spécialisée dans le crédit aux PME, a vu son résultat d'exploitation augmenter de 24% à 267 millions d'euros, une réduction des pertes sur créances l'ayant emporté sur une baisse de la demande. Le résultat de la banque d'investissement a chuté de 29%, affecté surtout par la baisse des revenus tirés du trading obligataire et du marché des changes. La division regroupant les actifs non stratégiques a vu ces derniers se réduire de 32% à 92 milliards d'euros durant le trimestre. Cette division regroupe des investissements issus d'une tentative d'expansion qui avait tourné court et obligé l'Etat à injecter 18 milliards d'euros dans l'établissement. (Arno Schütze et Jonathan Gould, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant