Choc de simplification : de la difficulté de simplifier

le
6
Thierry Mandon est rattaché directement au Premier ministre pour vaincre les réticences de l'administration et de ses collègues sur la simplification.
Thierry Mandon est rattaché directement au Premier ministre pour vaincre les réticences de l'administration et de ses collègues sur la simplification.

Le "choc de simplification" ressemble décidément de moins en moins à un choc. Depuis son annonce en mars 2013 par François Hollande, le gouvernement annonce un nouveau train de "propositions" tous les 6 mois alors que les précédentes ne sont pas encore toutes en application. Lundi, le secrétaire d?État à la Réforme de l?État en a présenté 40 supplémentaires pour les particuliers et 52 pour les entreprises portant leur total à plus de 350.

Combien sont déjà entrées dans les faits ? "Un peu moins de la moitié", selon Thierry Mandon. Les autres le seront dans les semaines ou les mois qui viennent. "Ce n?est plus des intentions, c?est une politique en marche", martèle pourtant le secrétaire d'État rattaché directement au Premier ministre pour vaincre les réticences de ses collègues. Aux côtés d?un Emmanuel Macron mobilisé pour faire la promotion de sa politique, Thierry Mandon a dû faire preuve de pédagogie pour convaincre de l?impact réel de ce qui ressemble à un catalogue à la Prévert, où s'empilent des mesures toutes plus anecdotiques les unes que les autres.

"Une somme de petites choses insignifiantes"(Jean-François Dehecq)

"La simplification, c?est une somme de petites choses qui peuvent parfois paraître insignifiantes, mais qui sont très importantes", est venu témoigner Jean-François Dehecq, le président d?honneur de Sanofi et vice-président du Conseil national de l?industrie (CNI),...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mardi 2 juin 2015 à 06:08

    C'est le personnel politique d'abord puis la Haute administration ministérielle ensuite qui sont responsables de l'immobilisme. Aucun plan sérieux de révision du schéma organisationnel politico/administratif du pays n'existe avec un calendrier précis. Pour cela il faut ouvrir un chantier avec des gens sérieux extérieurs au problème. Dans l'économie réelle on embauche un œil externe qui propose un plan quand les choses imposent de changer.

  • s.froid le lundi 1 juin 2015 à 21:58

    Des types qui compliquent et d'autres qui simplifient !! Bref, ils s'alimentent entre eux à dépenser nos impôts....Vive les fonctionnaires/élus politiques.....

  • s.froid le lundi 1 juin 2015 à 21:52

    Des types qui compliquent et d'autres qui simplifient !! Bref, ils s'aliment entre eux à dépenser nos impôts....Vive les fonctionnaires/élus politiques.....

  • a.nottr1 le lundi 1 juin 2015 à 20:55

    Aller, rentrez chez vous, vous ne savez pas gouverner la France, si ce n'est que bien vivre sur le dos des citoyens; la simplification verrai enfin le jour !!

  • M940878 le lundi 1 juin 2015 à 19:28

    la simplification serait 3 millions de foncs en moins

  • remimar3 le lundi 1 juin 2015 à 19:24

    C'est tellement plus facile de se rendre important en concoctant des lois qui truffées d'exception pour satisfaire tel ou tel principe, telle ou telle corporation, ou tel ou tel intérêt particulier. En outre l'administration est redoutable pour imposer des processus sans aucun caractère pratique, processus qui ne servent en fait que l'intérêt du fonctionnaire bien planqué derrière son écran.