CAC 40 et SBF 120 : les de?fis des nouveaux dirigeants

le
2
De gauche à droite, Emmanuel Faber (Danone), Serge Weinberg (Sanofi), Alexandre Ricard (Pernod RIcard) et Patrick Pouyanné (Total).(©Danone/Sanofi/Pernod/Total)
De gauche à droite, Emmanuel Faber (Danone), Serge Weinberg (Sanofi), Alexandre Ricard (Pernod RIcard) et Patrick Pouyanné (Total).(©Danone/Sanofi/Pernod/Total)

(lerevenu.com) - Jamais, sans doute, dans l'histoire des grandes entreprises franc?aises, on avait assiste? a? un tel renouvellement de dirigeants exe?cutifs, en si peu de temps. L'atteinte de la limite d'a?ge n'est pas la cause la plus fre?quente du changement de titulaire. C'est certes le cas pour Pernod Ricard, ou? Pierre Pringuet va, cette anne?e, laisser la place a? un membre de la famille du fondateur, Alexandre Ricard. De me?me, chez Danone, mais dans un mouvement oppose?, Franck Riboud, fils du fondateur, organise sa succession et a de?ja? passe? les re?nes de la direction exe?cutive a? Emmanuel Faber.

Des changements inattendus

Dans trois groupes, le changement de capitaine s'est ope?re? dans des circonstances drama- tiques. Luc Oursel a du? de?missionner, pour raisons de sante?, de son poste de pre?sident du directoire d'Areva, fin octobre, avant de de?ce?der, au de?but de?cembre. Encore plus inattendus, la disparition du PDG de Total, Christophe de Margerie, en octobre, dans un accident d'avion, et le de?ce?s brutal de John Searle, dirigeant exe?cutif de Saft. Moins tragique mais tout aussi surprenante, la de?mission force?e de Chris Viehbacher de la pre?sidence de Sanofi.

De la me?me fac?on, pouvait-on s'attendre a? ce que le gouvernement de?cide de remplacer Henri Proglio, a? la te?te d'EDF, par Jean-Bernard Le?vy a? qui il avait pourtant confie? la destine?e de Thales,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mickae82 le samedi 24 jan 2015 à 15:45

    encore un article "creux" pure pub .

  • gadjo92 le samedi 24 jan 2015 à 10:27

    mieux vaut avoir du respect et de l'admiration pour les dirigeants qui risquent leur propre argent, que pour la majorité de ces dirigeants qui se co optent les uns les autres entre X, Ena etc.... et qui se votent des salaires immérités et autres compensations alors qu'ils ne prennent aucun risque sur leur avenir