Budget : l'avertissement de la Commission européenne

le
6
Jyrki Katainen (ici à gauche) va céder sa place à Pierre Moscovici dans la nouvelle commission, mais restera vice-président chargé de l'emploi, de la croissance et de la compétitivité.
Jyrki Katainen (ici à gauche) va céder sa place à Pierre Moscovici dans la nouvelle commission, mais restera vice-président chargé de l'emploi, de la croissance et de la compétitivité.

La Commission n'a pas donné un blanc-seing à la France, pas plus qu'à l'Italie. C'est en substance ce qu'a précisé le commissaire aux Affaires économiques par intérim, Jyrki Katainen, mercredi à Bruxelles. Lors d'un point presse, le Finlandais a expliqué que le gendarme budgétaire européen n'avait pas identifié, à ce stade, de manquement sérieux à ses obligations dans le projet budgétaire soumis par les dix-huit pays de la zone euro le 15 octobre. "Les États membres ont répondu de façon constructive à nos demandes, certains ont même révisé le projet", a-t-il expliqué dans une allusion claire à la France et à l'Italie. Michel Sapin, le ministre français des Finances, a trouvé en urgence 3,6 milliards pour éviter que la commission ne demande une humiliante modification. "Cela montre que notre gouvernance économique est efficace", s'est félicité Jyrki Katainen.

Mais celui qui doit bientôt être remplacé par Pierre Moscovici a été très clair, la décision de la Commission annoncée mardi "ne signifie pas que tous les projets de budget se révéleront conformes avec les exigences du pacte de stabilité et de croissance. Nous ne préjugeons pas du résultat final. Nous le saurons dès que nous aurons rendu notre avis détaillé dans les prochaines semaines. Cet avis détaillé sera fondé sur les prévisions macroéconomiques d'automne".

Vers une nouvelle étape dans la procédure de déficit excessif ?

La commission va en fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3039634 le jeudi 30 oct 2014 à 10:23

    Les Parlementaires ont encore la possibilité d'augmenter les impôts ou d'en inventer de nouveau : c'est beaucoup plus facile que de limiter la gabegie des dépenses.

  • M8252219 le jeudi 30 oct 2014 à 10:18

    Quand on voit toutes les promesses faites depuis 3 ans et la progression régulière du déficit français qui ne fait que monter: ATTENDRE ET VOIR AVANT DE PRÉTENDRE À UNE AMÉLIORATION ET DE COMBIEN.suppression des statuts spéciaux,suppression du sénat,réduction du nombre de parlementaires et plafonnement de leurs indemnités et fiscalisation,réduction du nombre de hauts fonctionnaires et de fonctionnaires.

  • gstorti le jeudi 30 oct 2014 à 10:09

    C'est bizarre qu'ils n'aient pas encore censuré journaliste.

  • gstorti le jeudi 30 oct 2014 à 10:08

    Un nouveau mot censuré MA FIA

  • gstorti le jeudi 30 oct 2014 à 10:08

    Comme dis ceriz, il faut les acculé, mais il lâcherons jamais, leurs prérogatives, et nous français sommes nous prêt à descendre dans la rue, et recevoir leurs grenades offensives, lancé par leurs mains armés, qui se fiche de qui dirige? Demandez à la ma fia si elle est prête à se ranger...

  • ceriz le mercredi 29 oct 2014 à 15:25

    il faut acculer nos politiques ! à se résoudre à diminuer tous les parlementaires ! les ministres ! les élus! et leurs salaires! réduire la structure de l'état : ou il n'y a que des nantis!!!!!!!