Bruxelles va avertir General Electric sur la fusion avec Alstom

le , mis à jour à 13:17
1

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne va adresser une série de griefs à General Electric en arguant du fait que le rachat par le conglomérat américain de la branche énergie du français Alstom pourrait nuire à la concurrence, a-t-on appris jeudi de sources proches des régulateurs européens.

GE tente d'apaiser les craintes de Bruxelles en faisant des concessions mais risque de ne pas échapper aux réserves de l'Union européenne, qui devrait lui adresser une "communication des griefs" formelle dans les prochains jours, ont ajouté les sources.

Un tel document est généralement le prélude à un veto, à moins que l'entreprise incriminée n'apporte les garanties jugées nécessaires ou n'accepte des concessions.

L'exécutif européen a ouvert en février une enquête approfondie sur ce rapprochement de 12,4 milliards d'euros qui entraînera la disparition de l'un des trois grands concurrents du groupe américain sur le marché des turbines à gaz.

Le titre Alstom perd 2,49%, à 26,59 euros à la Bourse de Paris vers 12h50.

Le groupe français s'est refusé à tout commentaire dans l'immédiat.

(Foo Yun Chee, avec Benjamin Mallet à Paris,; Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • quoa le jeudi 11 juin 2015 à 13:32

    il y a de l'eau dans le gaz des turbines françaises bruxelles n'a pas assez mangé ou quoi?