BOURSE- Le CAC 40 pourrait descendre à 4.600 pts fin juin-DBD

le , mis à jour à 14:01
1

par Raoul Sachs PARIS, 8 juin (Reuters) - L'indice CAC 40 .FCHI vient d'enfoncer résolument une zone de support majeure autour de 4.875 points et pourrait tomber à 4.600 points d'ici à la fin du mois, estiment des stratégistes de marché. "Il y a un véritable risque de baisse cet été", estime Valérie Gastaldy, stratégiste au cabinet d'analyse Day By Day (DBD). "Sur le CAC 40, 4.875 était une zone de support claire (...) Après c'est plus flou. Mais, l'indice pourrait descendre à 4.600 d'ici à la fin juin". La zone de 4.600 correspond au gap haussier (4.570/4.586) ouvert le 23 janvier, début de la poussée qui a propulsé l'indice à son plus haut de l'année (5.284) le 27 avril, soit une hausse de 16,05% sur la période. "Toute la hausse des Bourses européennes était liée à la baisse de l'euro. Si on la regarde en dollars, elles n'ont pas beaucoup progressé", souligne l'analyste de DBD. Pour le CAC 40, la hausse sur la même période janvier-avril ressort à +10,5% si elle est exprimée en dollar. "Tout comme le Dax et les indices américains, l'indice français se trouve sur le fil du rasoir, à 4.880, plus bas du mois de mai", écrit Nicolas Chéron, responsable de la recherche chez CMC Markets France, commentant la séance de lundi. "Dessous, une correction pourrait s'amplifier, au-dessus les espoirs sont permis", ajoute-t-il dans sa note. Pour Valérie Gastaldy le risque d'une poursuite de la baisse pourrait venir de Wall Street - si le S&P 500 .SPX passait sous 2.070, son plus bas de mai, puis sous 2.000 - et des fondamentaux de la zone euro, où, selon elle, la croissance reste fragile et la menace de la déflation loin d'avoir disparue. Elle ajoute que si une relative poussée de l'inflation a pu être constatée en avril et en mai, celle-ci devrait demeurer sous 1%, soit bien en dessous de l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE). "La zone euro ressemble au Japon. Sa monnaie est forte, sa population vieillissante et les réformes nécessaires pour la dynamiser lentes à être mises en oeuvre", dit-elle. Dans ces conditions les rendements obligataires, dont la brusque remontée liée à des débouclements de positions vendeuses de l'euro, qui a été à l'origine de la récente correction boursière, pourraient rebaisser cet été et retrouver en 2016 des niveaux proches des plus bas observés en avril. Le taux du Bund 10 ans DE10YT=TWEB est tombé, le 17 avril, à 0,05%, après que la BCE a lancé en mars dernier, son programme d'achats massifs d'obligations, essentiellement des obligations souveraines, à raison de 60 milliards d'euros par mois jusqu'en septembre 2016. "Si on regarde ce qui s'est passé avec la déflation au Japon, le récent arbitrage actions/obligations ne sera pas aussi évident que ça", ajoute Valérie Gastaldy. (Raoul Sachs, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon le mardi 9 juin 2015 à 13:56

    Quel tissu d'âneries !!! Comment peut-on encore faire du chartisme en 2015 ???