Banque de France : "Les réformes, condition de la crédibilité de la France"

le
4
François Villeroy de Galhau a succédé à Christian Noyer en novembre 2015. Il siège au Conseil des gouverneurs de la BCE.
François Villeroy de Galhau a succédé à Christian Noyer en novembre 2015. Il siège au Conseil des gouverneurs de la BCE.

C'était son premier exercice du genre. Mercredi matin, le nouveau gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a présenté à la presse sa "lettre au président de la République" qui accompagne le rapport annuel de l'institution. Dans un style moins provocant et direct que celui de Christian Noyer, son prédécesseur, l'ancien de BNP Paribas, en a tout de même profité pour appeler la France à "amplifier substantiellement les réformes".

Car si l'économie française "renoue aujourd'hui avec une croissance plus soutenue grâce à un rebond de la consommation comme de l'investissement" (une façon d'accréditer la thèse du "ça va mieux" de François Hollande), elle sous-performe encore dans la zone euro (1,3 % de croissance en 2015 contre 1,6 %). Les entreprises, plus encore que les ménages, restent minées par le doute. Doute sur la conjoncture, doute sur la stratégie.

La politique monétaire, mais pas que

La France ne peut donc pas tout miser sur la politique ultra-accommodante de la Banque centrale européenne. "La politique monétaire fait sa part, fait toute sa part, mais elle ne peut être la seule partie à jouer en termes de politique économique", martèle François Villeroy de Galhau.

Nos gouvernants, dit-il, ont "mal interprété certaines conséquences" du passage à l'euro. Avec la monnaie unique, dont les avantages se sont fait sentir de 2000 à 2008,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 19 mai 2016 à 09:23

    Il réclame des réformes alors que pour Hollande, réformes = nouvelles taxes! Surtout, qu'ils ne fassent plus rien, ça serait plus rassurant pour notre économie.

  • paspil le mercredi 18 mai 2016 à 21:04

    tant que ca ne touche que le privé ... l'essentiel étant de garder les avantages de la fonction publique ...

  • Berg690 le mercredi 18 mai 2016 à 19:49

    dégage!

  • vazi le mercredi 18 mai 2016 à 19:08

    tiens il y a personne pour dire que c'est faux qu'il est a la solde du gouvernement comme l'INSEE !!!