Bac + 8 : le grand saut dans le secteur privé

le
6
Capacités d?analyse, de synthèse, de recul, de rédaction, les docteurs des universités ne manquent pas de compétences transférables.  
Capacités d?analyse, de synthèse, de recul, de rédaction, les docteurs des universités ne manquent pas de compétences transférables.  

On aurait pu croire que l'obtention du plus haut grade universitaire préservait des affres de la précarité sur le marché du travail. Visiblement, ce n'est pas le cas. Contrairement à certains de ses voisins, la France est loin de placer le prestigieux titre universitaire de docteur sur un piédestal. « Il n'est pas valorisé, confirme Clément Courvoisier, de la Confédération des jeunes chercheurs. Alors que dans d'autres pays, on affiche clairement son grade de docteur dans sa signature, c'est rarement le cas en France, ce qui prouve symboliquement la faible importance que tous y accordent. »

C'est que dans l'Hexagone, la concurrence fait rage. « Le paysage de l'enseignement supérieur français est particulier, analyse Florian Andrianiazy, trésorier de l'association PHdTalent, qui aide les docteurs à s'insérer dans le secteur privé. Les entreprises ont davantage l'habitude d'embaucher les diplômés d'écoles de commerce et d'ingénieur ». Selon la Cour des comptes, en 2009, 54 % des chercheurs en entreprise étaient ingénieurs, contre 13 % seulement de docteurs.

« Depuis quelques années, le cliché du rat de laboratoire ou de bibliothèque tend à s'estomper, ajoute-t-il. Mais les craintes du secteur privé subsistent sur le savoir-être. Certaines ont peur que par manque d'expérience dans l'entreprise, les docteurs ne s'adaptent pas. »

Solitaires, trop spécialisés, pas assez opérationnels, sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jhbhth il y a 3 mois

    je suis aussi ingénieur et docteur, je travaille dans le privé en bureau d'études mais je ne fais aucune recherche, juste de la productionj'ai appris en thèse des notions de haut niveau sur le métier que je fais, que n'ont pas les ingénieurs "classiques", mais je vois aussi que beaucoup de jeunes 'ingénieurs docteurs ou non n'ont pas le bon sens relatif à leur métier et commettent des erreurs grossières, corrigées pas toujours rapidement

  • fpelu il y a 3 mois

    Dada je suis aussi ingénieur. le problème des docteurs est qu'il y a beaucoup de matières peu recruteuses, en dehors de leur propre enseignement : le français, les langues, la psycho, la socio, l'ethno…

  • M940878 il y a 3 mois

    mieux payer les chercheurs est normal , encore faut-il qu'ils trouvent quelque chose

  • DADA40 il y a 3 mois

    Je suis ingénieur d'une Grande Ecole prestigieuse mais aussi Docteur es sciences. Autant je suis fier de mon diplôme d'Ingénieur car la formation est de très haut niveau mais aussi très large, on nous apprend autre chose que la technique, comme le droit, les langues étrangères, la finance ....Alors que l'on passe une thèse sur un sujet très étroit dans un domaine ultra particulier sans aucune formation "humaniste" . Les entreprises préfèrent donc les Ingénieurs et ont bien raison.

  • BARIL22 il y a 3 mois

    Bac à douche, bac à graisse, Bac à laver, 80% de bachelor et 80% des bachler pointent au chômage, allez comprendre.

  • fpelu il y a 3 mois

    Quand je vois un bac+10 je me méfie.