Autoroutes : l'Etat gagnerait à renationaliser

le
27

L'État pourrait renationaliser ses autoroutes avec un retour sur investissement en 10 à 15 ans. Reste à savoir si le gouvernement souhaite une solution aussi radicale.
L'État pourrait renationaliser ses autoroutes avec un retour sur investissement en 10 à 15 ans. Reste à savoir si le gouvernement souhaite une solution aussi radicale.

L'Etat aurait tout intérêt à renationaliser ses autoroutes, affirme le cabinet Microeconomix. Une opération légalement réalisable, qui vient alimenter les solutions qui s'offrent au gouvernement pour rattraper les choix réalisés au milieu des années 2000.

Et si la France décidait tout simplement de faire un pas en arrière ? Si l'Etat devait racheter les concessions autoroutières actuellement exploitées par le secteur privé, cela lui en couterait 39 milliards d'euros selon Microeconomix. Deux solutions s'offriraient alors au gouvernement : laisser ces autoroutes sous le contrôle de l'Etat pour en dégager une rente, ou revendre les concessions au secteur privé à un prix plus réaliste vis-à-vis des projections de « cash flows » que l'activité devrait générer à long terme. Dans les deux cas, l'Etat en sortirait gagnant.

Première solution : dégager une rente

En renationalisant les concessions autoroutières, l'Etat devrait pouvoir faire un retour sur capital investi sur environ 10 à 15 ans. Les revenus des autoroutes devraient en effet avoisiner 4 milliards d'euros par an, un chiffre à diminuer de l'inflation et du coût de la dette. L'Etat garderait ainsi une marge de man½uvre pour diminuer légèrement le prix des péages.

Attention toutefois : le risque financier pris par l'Etat l'empêcherait de diminuer de manière très significative les prix des services autoroutiers comme certains le voudraient. Autrement, l'opération ne ferait que pénaliser encore un peu plus les finances publiques déjà fragilisées.

Seconde solution : revendre plus cher

Autre solution, l'Etat pourrait revendre ses concessions au secteur privé peu après les avoir rachetées, pour un montant réévalué entre 45 et 50 milliards d'euros d'après le cabinet. Une opération de court terme relevant presque de la spéculation, et qui a peu de chances d'être envisagée par le gouvernement. En effet, au-delà du bénéfice ponctuel dégagé par l'Etat, cette solution ne répondrait pas au fond du problème, à savoir la hausse des tarifs autoroutiers qui fait actuellement débat.

Le gouvernement ne veut pas forcément aller aussi loin

Reste à savoir si le gouvernement serait prêt à choisir une solution aussi radicale que la nationalisation de ses autoroutes. Rien n'est moins sûr alors que débat relancé par Ségolène Royal la semaine dernière partait seulement du constat que les entreprises concernées ont pratiqué des hausses de tarifs supérieures à l'inflation. Le gouvernement a souligné cette forme d'injustice mais n'est sans doute pas prêt à sortir de ses caisses 39 milliards d'euros, soit l'équivalent de neuf mois de déficit public, dans le seul but de redessiner le paysage économique de ce secteur.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gstorti le mercredi 22 oct 2014 à 17:15

    Discours du " n'importe quoi"

  • fortunos le mercredi 22 oct 2014 à 17:14

    La privatisation des autoroutes a ete une aberration qui a profité aux potes de UMP.

  • fbordach le mercredi 22 oct 2014 à 17:01

    Bienvenue au Kolkhoze! Une future SNCM...

  • frenchto le mercredi 22 oct 2014 à 15:42

    ben oui bien sûr on va nationaliser des autoroutes rentables mettre un troupeau de fonctionnaires là-dedans, la CGT va s'y engouffrer et dans 2 ans c'est un trou à pertes !!!!!!!!!!!!!

  • surfer1 le mercredi 22 oct 2014 à 14:03

    D'après la cour des comptes les autoroutes ont été bradées 10 mds sous leur valeur réelle, voilà le problème...

  • dlabore le mercredi 22 oct 2014 à 13:57

    quant on vends au copains une affaire très rentable ,il doit bien y avoir des retombées,

  • lorant21 le mercredi 22 oct 2014 à 13:36

    40% des recettes vont déjà à l'Etat. Et la dette n’apparaît plus à sa charge. L'Etat a tout intérêt à la hausse du prix des péage (qu'il décide et AUTORISE!). Et si la rentabilité des concessionnaires est bonne, c'est qu'ils gèrent bien mieux que ne le faisait l'Etat.. mais à un prix: 30% de personnel en moins en 5 ans! Si l'Etat revient, la rentabilité s'effondrera.

  • M7732327 le mercredi 22 oct 2014 à 13:27

    C'est sûr que question hausses des tarifs plus fortes que l'inflation, l'état actionnaire s'y connait. Plus de 11% pour le timbre vert, soit plus de 1000% de plus que l'inflation.

  • M7097610 le mercredi 22 oct 2014 à 10:22

    le budget n'est rien, c'est le retour sur investissement qui importe.

  • fbordach le mercredi 22 oct 2014 à 07:11

    Il est sur que si l'état gere les sociétés d'autoroute comme son budget, l'opération ne sera même pas relutive et accroîtra encore un peu plus la masse des fonctionnaires...