Au Rwanda, Paul Kagamé réélu finalement avec 98,8% des voix

le
2
    KIGALI, 9 août (Reuters) - Le président du Rwanda, Paul 
Kagamé, a été réélu pour un troisième mandat avec un score 
écrasant de près 99% des voix, lors du scrutin organisé vendredi 
dernier. 
    Après dépouillement de tous les bulletins de vote, le chef 
de l'Etat obtient 98,8% des voix, a déclaré mercredi le 
président de la Commission électorale nationale, Kalisa Mbanda. 
    Le taux de participation a atteint 98,5%, sur près de sept 
millions d'électeurs inscrits dans ce pays de 12 millions 
d'habitants, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. 
    Paul Kagamé était opposé à Frank Habineza, candidat du Parti 
démocratique vert, la seule force d'opposition autorisée dans le 
pays, et à un candidat indépendant, Philippe Mpayimana. Les deux 
hommes ont recueilli moins de 1% des suffrages exprimés. 
    Il y a sept ans, Paul Kagamé, 59 ans, arrivé au pouvoir 
après le génocide de 1994 et président depuis 2000, avait obtenu 
un deuxième mandat avec 93% des suffrages. 
    La communauté internationale crédite l'ancien commandant 
rebelle tutsi d'avoir remis sur pied le petit pays d'Afrique 
centrale après le génocide grâce à une croissance économique 
rapide. 
    Ses opposants jugent que ce développement économique s'est 
fait au détriment des libertés civiques, le pouvoir muselant les 
médias indépendants et supprimant toute dissidence.     
    Paul Kagamé est l'homme fort du Rwanda depuis juillet 1994 
et le renversement par son mouvement, le Front patriotique 
rwandais (FPR), du gouvernement hutu ayant déclenché un génocide 
qui a fait 800.000 morts cette année-là, essentiellement parmi 
la minorité tutsie. 
    Une réforme de la Constitution adoptée en 2015 par 
référendum lui permet potentiellement de diriger le pays 
jusqu'en 2034. 
 
 (Clément Uwiringiyimana, Gilles Trequesser pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 2 mois

    Ah ! ça c'est de la démocratie ! L mythe des rois n ègres n'a finalement jamais disparu.

  • M8637171 il y a 2 mois

    En Afrique on aime les sages. Les présidents ont majoritairement entre 65 ans et 95 ans.