Athènes promet "l'équilibre budgétaire"

le
3
Le gouvernement grec a proposé à Bruxelles une prolongation de six mois de l'accord de prêt européen.
Le gouvernement grec a proposé à Bruxelles une prolongation de six mois de l'accord de prêt européen.

Le gouvernement grec a proposé à Bruxelles une prolongation de six mois de "l'accord de prêt" européen qui n'inclut pas la prorogation du "mémorandum" en cours, synonyme d'austérité. Reste qu'Athènes s'engage durant cette période à "l'équilibre budgétaire", a indiqué jeudi une source gouvernementale. Le gouvernement d'Alexis Tsipras, "en ligne avec ses promesses, n'a pas demandé la prolongation du mémorandum", ce programme d'aide en vigueur depuis 2010, mais une extension de "l'accord de prêt" européen via un "accord-relais de six mois durant lesquels il s'engage à l'équilibre budgétaire", a précisé cette source. Dans le même temps, la proposition d'Athènes garantit à ses partenaires européens "des réformes immédiates contre l'évasion fiscale et la corruption", et parallèlement des mesures "pour affronter la crise humanitaire et relancer l'économie". Cet accord a pour but de donner du temps au gouvernement pour présenter à la zone euro un "nouveau contrat pour la reprise et la croissance" sur la période 2015-2019, qui inclura un plan de "réduction de la dette, comme le prévoyait la décision de 2012" des ministres des Finances européens, poursuit cette source.Le ministère des Finances allemand a estimé que la demande déposée par la Grèce ne représentait "pas une solution substantielle" et "ne répondait pas aux critères" fixés par la zone euro. "La lettre en provenance d'Athènes n'est pas une proposition substantielle de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 1259701 le jeudi 19 fév 2015 à 14:23

    Oui, bien sur équilibre budgétaire en 6 mois et dans 8 mois, Tsipras marche sur les flots....Mais puisqu'on vous le dit !!!!

  • crcri87 le jeudi 19 fév 2015 à 14:05

    Mon oeil !! Il suffira de traînasser sur certains chiffres pour être soi-disant dans les clous, il faut pas nous prendre pour des imbéciles.Le problème est que ces deux zozos de Grecs sont ficelés par des promesses électorales démagogiques

  • zerathef le jeudi 19 fév 2015 à 14:04

    Comme le propose Mr Giscard d’Estaing le GREXIT est la seule solution qui reponde au vote des grecs qui ne veulent et ne peuvent pas faire les efforts necessaires pour rester dans l’Euro et dont les retraits massifs des banques confirment cet etat de fait. Le GREXIT amical est donc la solution.