Artprice : vers une plus grande transparence des Ports Francs et du Marché de l'Art

le
0

PARIS, June 1, 2015 /PRNewswire/ --

Artprice, depuis de nombreuses années, à travers la financiarisation du Marché de l'Art et sa croissance spectaculaire à deux chiffres ces dix dernières années qui le rendent désormais efficient, n'a cessé d'attirer l'attention sur la notion de transparence, de traçabilité ainsi que la normalisation d'acteurs clés du Marché de l'Art comme les Ports Francs où Artprice et son président-fondateur thierry Ehrmann ont publié à de nombreuses reprises des études conséquentes ou des notes de synthèse. Pour mémoire, 40% des marchandises en transit dans les Ports Francs sont des biens culturels.

Artprice, bien souvent critiquée pour sa politique de transparence de masse sur l'ensemble du marché (soit 70 millions d'intervenants) par quelques acteurs traditionnels, est celle vers qui se tournent désormais ces mêmes acteurs pour sauver leur honorabilité mise en jeu. Ses anciens détracteurs deviennent soudainement de fidèles partisans et valident ainsi la politique industrielle d'Artprice d'injecter 900 millions de données alphanumériques gratuites, de manière contractuelle à Google Inc. (85 % de données gratuites / 15 % de données payantes, modèle économique Freemium) pour briser l'omerta de plusieurs décennies de pratiques opaques.

L'affaire Yves Bouvier a donné un formidable coup de pied salutaire dans la fourmilière du Marché de l'Art. Deux mois après l'interpellation du président de la société Natural le Coultre, premier locataire des Ports Francs de Genève créés en 1854, le Canton appelle à une "plus grande transparence", un changement que la société Artprice.com prône depuis plus de 25 ans avec réussite puisque 3,6 millions d'abonnés ont rejoint Artprice.

De nombreuses affaires en cours soulignent un certain obscurantisme du Marché de l'Art qu'une petite poignée d'individus essaye de faire perdurer malgré les machines de guerre comme Artprice, où l'information est présente, instantanée et accessible à un très faible coût dans le cadre d'une économie disruptive. Il y a quelques semaines, Yves Bouvier était accusé de s'être octroyé des commissions excessives sur la vente de plusieurs chefs-d'oeuvre à l'oligarque russe Dmitry Rybolovlev, parmi lesquels une peinture de Léonard de Vinci, un buste de Modigliani ou un magnifique Rothko.

Il y a quinze jours, la famille Picasso déposait plainte contre le bras droit d'Yves Bouvier, le marchand d'art et administrateur de Natural le Coultre, Olivier Thomas, mettant celui-ci en cause dans la disparition de plusieurs toiles du maître espagnol. L'affaire Claude Guéant, par ailleurs, est toujours en cours : la vente de deux oeuvres d'Andries van Eertvelt, réalisée avec une extraordinaire plus-value par l'ancien Ministre de l'Intérieur, intéresse fortement la justice française (voir les dépêches AFP-Artprice sur le dossier Guéant) où Artprice avait, avant tout le monde, retrouvé et évalué les deux tableaux flamands de batailles navales.

Vols, conflits d'intérêts, jeux d'influence, blanchiment d'argent : les pratiques frauduleuses semblent omniprésentes pour un tout petit nombre d'acteurs sur ce marché, qui se soustrait à de nombreuses régulations auxquelles sont pourtant soumis les autres biens. Un marché bénéficiant d'immenses avantages. Rappelons qu'en France, les oeuvres d'art continuent d'échapper à l'ISF. Artprice émet des propositions dans de nombreuses commissions de différents pays pour normaliser et accroître la traçabilité et la transparence du marché de l'art.

Une situation instable, faisant courir des "risques systémiques pour les Ports Francs de Genève", comme le soulignait ce matin Bilan avec le rapport du Contrôle fédéral des finances suisses. Voilà pourquoi les process industriels d'Artprice qui normalisent le marché et qui sont protégés au titre du DPI, deviennent vitaux face aux risques décrits par Bilan.

Cette situation, l'Etat de Genève veut la régulariser au plus vite, lui qui reste actionnaire majoritaire des Ports Francs et Entrepôts de Genève avec 87 % du capital. Pour ce faire, la présidente du conseil d'administration, Mme Christine Sayegh, vient d'être remplacée par David Hiler, ancien Ministre des Finances, réputé pour son intégrité, assisté de l'avocate Marie Flegbo-Berney, spécialiste du Droit des Sociétés, et le banquier Andreas Stricker, qui connaît mieux que personne la cartographie mondiale de la finance. Sa première action sera de convertir les actions aux porteurs en actions nominatives, afin de connaître les identités des personnes contrôlant les 13 % restant.

"Le risque est bien la confusion des casquettes et la dilution des responsabilités entre les acteurs de ce domaine si particulier, si un locataire est à la fois actionnaire, transitaire et marchand d'art, par exemple. Car, clairement, cette situation peut conduire à une complication des contrôles et à un véritable conflit d'intérêts, minime en réalité, mais très néfaste en termes d'image" a confié le conseiller d'Etat, Pierre Maudet, dans une interview accordée à Dimanche Matin.

Selon Bilan, la référence économique en presse écrite en Suisse, le nouveau président, David Hiler, a pour mission prioritaire d'identifier la portée des risques qu'encourent les Ports Francs (blanchiment d'argent sale ou recel de biens culturels spoliés ou volés). Par ailleurs, la police judiciaire, par le biais du Groupe oeuvres d'art (GOA), va renforcer sa capacité d'investigation.

"Genève est devenue une des principales plates-formes mondiales du marché de l'art international dans un contexte où l'art devient une valeur refuge. Or, nous ne voulons pas attendre que ce marché de centaines de milliards de francs s'autorégule ou, a contrario, que des instances internationales, tel le GAFI (le groupe d'actions financières de l'OCDE, ndlr), sanctionnent ces activités, comme elles l'ont fait pour les banques", a averti M. Maudet, conseiller d'Etat. Artprice, présente en Suisse depuis plus de 20 ans avec la société Xylogic créée en 1987 à Genève et rachetée par Artprice, connaît fort bien la problématique et les réponses à apporter aux Ports Francs de Genève mais aussi, par voie de conséquence, aux Ports Francs de Singapour, Luxembourg et bientôt Shanghai et Pékin.

"L'art est particulièrement attrayant parce que la fixation des prix n'a aucune transparence car, souvent, on ne connaît ni le vendeur ni l'acheteur", expliquait à swissinfo.ch, qui est en Suisse la référence incontestable, Monika Roth, avocate et professeure à la Haute école de Lucerne. Toujours dans swissinfo.ch, où Artprice intervient, l'avocate Monika Roth déplore : "On ne sait pas qui offre quel prix au téléphone, souvent on ne sait pas qui est le vendeur". Anne-Laure Bandle, juriste et directrice pour le droit de l'art à Genève reconnaît elle-même que le Marché de l'Art devient par l'accroissement des fortunes dans le monde un véritable marché financier présentant des perspectives d'investissement très profitables tout en restant discrètes. Selon la presse, Christie's, Sotheby's, Phillips, Bonhams et China Guardian affirment appliquer les contrôles nécessaires.

Dans ce contexte, la base de données Artprice est devenue le leader mondial incontesté de l'information et de la traçabilité sur le Marché de l'Art. Il est l'outil de recherche indispensable pour les polices judiciaires de 72 pays avec bien sûr Interpol et sa base de données des objets volés (Works Of Art Database) qui est accessible via Artprice.

La méthode des ventes répétées sur des très grands nombres qu'Artprice est la seule au monde à diffuser, permet de suivre la progression des prix d'une oeuvres d'art. Dans son dernier rapport (version PDF du rapport annuel Artprice sur le Marché de l'Art mondial téléchargeable sur Artprice : http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2015_fr.pdf [http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2015_fr.pdf#_blank ]) la société attirait l'attention sur la prise de valeur d'oeuvres ayant appartenu à la collection du musée autrichien Essl, ainsi que sur les variations rapides du prix d'oeuvres d'artistes contemporains tels que Jeff Koons, Anselm Kiefer ou Urs Fischer.

La base de données Artprice.com permet de suivre l'évolution des prix sur une très longue période de temps. Elle donne par exemple à suivre la prise de valeur des peintures d'Andy Warhol.

Le 13 mai 2015, la Maison de Ventes Christie's mettait en vente Dollar Sign (1981), qu'elle adjugea pour 7,7 m$. Or la société Artprice.com a retrouvé dans sa base de données deux ventes publiques précédentes de cette même oeuvre : en 1997, elle était vendue 160 000 $, et en 1988, adjugée 150 000 $. La prise de valeur de l'oeuvre semble donc avoir été réalisée essentiellement au cours du XXI[ème] siècle.

Or plusieurs oeuvres similaires, intitulées Dollar Sign, réalisées en 1981 et de même dimensions (229 cm x 178 cm) furent cédées aux enchères publiques depuis la mort d'Andy Warhol en 1987. Grâce à ces résultats historiques, Artprice.com a pu reconstruire l'évolution des prix d'une oeuvre d'Andy Warhol au cours des 25 dernières années.

Ainsi, la société Artprice.com contribue pleinement à améliorer la transparence du Marché de l'Art. Les outils de recherche que propose Artprice sur Internet permettent à tous ses membres d'étudier l'évolution des prix, afin de mieux les comprendre et éviter des situations telles que celle qui donna lieu à l'affaire Bouvier-Rybolovlev. Il est bon de rappeler que le Marché de l'Art est passé de 500 000 collectionneurs de l'Après-guerre à 70 millions d'amateurs, collectionneurs et professionnels de l'Art.

Aujourd'hui la société Artprice approuve profondément les actions entreprises par l'Etat de Genève pour rendre le Marché de l'Art plus transparent qui s'alignent parfaitement avec les valeurs qu'elle défend depuis plus de 25 ans, et ouvre ses banques de données multi-users en grande partie gratuite grâce au modèle économique Freemium, à travers notamment Google, Bing (Microsoft), Baidu en affichant plusieurs centaines de millions de données gratuites et payantes (85 % / 15 %) assurant ainsi au marché une traçabilité et une transparence intégrale qu'aucune société au monde ne peut assurer.

A propos d'Artprice :

http://www.artprice.com (c)1987-2015 thierry Ehrmann

A propos d'Artprice :

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF. Depuis mars 2014, Artprice fait partie du nouvel indice CAC(R) PME d'Euronext ainsi que de l'EnterNext(R) PEA-PME 150 en novembre 2014.

Artprice, avec plus de 14 ans de communication réglementée sur l'Eurolist, se fait un point d'honneur de produire toute l'information nécessaire aux professionnels des marchés financiers mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne par son diffuseur homologué par l'AMF http://www.actusnews.com

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 30 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 592 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 118 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens.

Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de Ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 7 200 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 3,6 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent désormais la première Place de Marché Normalisée(R) mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d'Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce).

Sommaire des communiqués d'Artprice : http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

La version PDF du rapport annuel Artprice sur le Marché de l'Art mondial est téléchargeable sur Artprice : http://imgpublic.artprice.com/pdf/rama2015_fr.pdf

Découvrir l'alchimie et l'univers d'Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d'art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos. http://goo.gl/zJssd

https://vimeo.com/124643720

Suivre en temps réel toute l'actualité du Marché de l'Art avec Artprice sur Twitter, Facebook et Google+ :

https://plus.google.com/+Artpricedotcom/posts

http://twitter.com/artpricedotcom & http://twitter/artmarketdotcomhttp://artmarketinsight.wordpress.com

https://www.facebook.com/artpricedotcom

Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com

A propos de la volatilité du cours de bourse d'Artprice et des forts volumes quotidiens indépendants d'Artprice notamment sur equiduct.com (>100MEUR sur un an de MM), la société renvoie le lecteur au document de référence Artprice 2013 déposé à l'A.M.F le 17/07/2014 sur le chapitre 4.3.22 et suivant facteurs " Risques de Marché" et notamment sur le "Risques actions" 4.1.3 et suivants. De même, Artprice souligne le très grave problème que constitue le principal forum français Boursorama Banque sur Artprice, objet quotidien de fausses informations et de violations répétées du Code Monétaire et Financier (qui sont traitées en détail avec les procédures judiciaires en cours dans le document de référence 2012 chapitre 4.3.22)" Risques liés aux Forums de bourse parlant d'Artprice et principalement le forum Boursorama en infraction avec le code monétaire et financier" page 50 à 51, en ligne sur le diffuseur homologué par l'AMF http://www.actusnews.com .

Contact : Josette Mey : e-mail : ir@artprice.com

CONTACT: tel: +33(0)478-220-000


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant