Artprice : La Fondation Louis Vuitton : un voile se lève

le
0

PARIS, October 22, 2014 /PRNewswire/ --

Un espace culturel sur les Champs-Elysées, une Fondation pour la création artistique et, aujourd'hui, le déploiement d'un somptueux musée dans le Bois de Boulogne : le groupe LVMH s'impose durablement comme une institution incontournable de l'art contemporain en France.

On savait son fondateur, Bernard Arnault, amateur passionné et collectionneur discret, fort bien conseillé. Aussi nous tarde-t-il de découvrir les oeuvres qui orneront le tout nouvel édifice imaginé par l'architecte Frank Gehry.

Gardée en grande partie secrète, la collection qui trouve résidence dans ce bâtiment rassemble des oeuvres de plasticiens parfois très jeunes et d'autres infiniment plus connus, des pièces venues des quatre coins du monde, sans véritable contrainte quant à leur taille ou au médium, des pièces qui ont à priori pour seul point commun d'avoir été créées au cours des XX et XXIème siècles.

En vérité, la Fondation Louis Vuitton renoue ici avec l'art de la collection : l'art de rassembler les oeuvres les plus diverses, mais qui se répondent et se mettent mutuellement en valeur, formant un ensemble unique, juste et harmonieux.

En préambule du long décryptage que publiera Artprice sur cette singulière collection au cours du mois de novembre, voici un avant-goût des oeuvres et curiosités que l'on y découvrira.

Il y aura évidemment des grands noms. On sait que Bernard Arnault apprécie l'univers de Mark Rothko, de Francis Bacon ou de Richard Serra, qu'il aime Yves Klein et Jean-Michel Basquiat. On y croisera les géants du Marché de l'Art contemporain : Gerhard Richter et ses abstractions, Andreas Gursky ou encore Damien Hirst et le roi du kitsch Jeff Koons.

Des oeuvres à plusieurs millions, plusieurs dizaines de millions d'euros. Mais la Fondation a aussi le souhait de présenter celles qui se prêtent mal à la détention et échappent au Marché de l'Art. Initiative heureuse dans un monde abondamment codifié.

Elle profite de son fantastique espace pour présenter les travaux de ceux que l'on retrouve bien plus souvent dans les biennales qu'en galeries ou salles de ventes, à l'instar du Français Pierre Huyghe dont les vidéos, installations et performances conviennent mieux aux institutions qu'aux collectionneurs.

D'autres Français font bien sûr partie de la Collection. Les noms de Christian Boltanski et Bertrand Lavier ont d'ores et déjà été avancés pour y être exposés dès les premiers mois suivant l'ouverture. Ceux d'Annette Messager, Dominique Gonzales-Foester et même Jean Dubuffet ont eux aussi été annoncés par la Fondation, qui n'a pourtant aucun désir de se limiter à l'Hexagone.

Au contraire. Les Etats-Unis, l'Angleterre et l'Allemagne seront soigneusement représentés, ainsi que bien d'autres nationalités encore. Les Européens seront bien présents, avec Alighiero Boetti, Maurizio Cattelan, Ugo Rondinone ou Bas Jan Ader ; et puis il y a les représentants de cultures plus lointaines, comme la Canadienne Agnès Martin ou les Libanais Mona Hatoum et Akraam Zaatari.

L'art asiatique n'est pas oublié lui non plus, avec des pièces du très prolifique Takashi Murakami, du Chinois Huan Zhang et du Sud-coréen Nam June Paik.

Car la Fondation Louis Vuitton montre l'envie de jeter des ponts entre l'Orient et l'Occident. Ce n'est probablement pas un hasard si en 2009, elle avait choisi la ville de Hong Kong pour dévoiler une partie de sa Collection. On y admira des oeuvres de Richard Prince, Jean-Michel Basquiat ou encore Gilbert & George, auxquelles se mêlaient les travaux de tout jeunes plasticiens.

Cette recette sera apparemment répétée dans le nouveau lieu. Pour la première exposition, en effet, les artistes Tarek Atoui (1980), Dominique Gonzales-Foerster (1965) et Olafur Eliasson (1967) verront leurs oeuvres exposées aux côtés de l'un des maîtres du minimalisme : Ellsworth Kelly et ses admirables monochromes.

Trois générations côtes à côtes ; des performances sonores, de la vidéo, de la photographie et de gigantesques pièces intégrées dans l'ossature du bâtiment viendront ainsi donner la réplique à l'oeuvre du peintre né en 1923.

Sans oublier la grande salle réservée à Frank Gehry, où de nombreux dessins et maquettes seront présentés pour une délicieuse mise en abîme de son travail.

La force de la Fondation Louis Vuitton vient de son dynamisme et de son inspiration. Ceux de Bernard Arnault tout d'abord, mais aussi de toute son équipe, à commencer par Suzanne Pagé, qui, plus que quiconque, maîtrise le pouvoir de l'art et de la discrétion et à laquelle l'homme d'affaires a confié la direction artistique.

Réunir les oeuvres, penser leur cohérence et celle de leur exposition est une tâche ardue, un défi qu'a relevé l'ancienne directrice du Musée d'Art Moderne de la ville de Paris, considérée par certains comme l'une des curatrices les plus douées de notre époque.

Avant-gardiste, elle a choisi de constituer une collection privée en se concentrant sur les oeuvres d'art elles-mêmes, sur leur qualité et leur place dans la Collection, plus que sur leur liquidité et la rentabilité des investissements. Une collection digne de ce nom possède une valeur intrinsèque, elle partage l'histoire des oeuvres qui la constituent.

N'est-ce pas justement ce que les grands collectionneurs du XIX et XXème siècle nous ont enseigné ?

Or c'est bien tout ce que promet la Fondation avec l'ouverture dans la capitale française de ce nouvel espace dédié à l'Art contemporain, consacré à ce qu'il est aujourd'hui et ce qui se faisait de mieux hier, en mettant en parallèle le travail de jeunes artistes et celui de leurs pairs, ceux que l'on commencent doucement à reconnaître et les grands maîtres qui les ont inspirés.

La volonté de la Fondation est d'abriter un art libéré des conventions, de donner plus de place à la vidéo, aux performances et aux installations, d'accueillir des oeuvres gigantesques, des travaux issus de tous les continents. La collection, que le public admirera à partir du 27 octobre, au lendemain de la FIAC, n'est ni représentative de l'Art du Marché ni de son pendant institutionnel mais de tous deux à la fois.

S'affranchissant d'une Académie moribonde que maintiennent certains market-makers aujourd'hui encore, elle se veut leur réconciliation.

http://www.artprice.com (c)1987-2014 thierry Ehrmann

A propos d'Artprice

Artprice est cotée sur Eurolist by Euronext Paris, SRD long only et : Euroclear : 7478 - Bloomberg : PRC - Reuters : ARTF. Depuis le 5 mars 2014, Artprice fait partie du nouvel indice CAC(R) PME d'Euronext.

Artprice, avec plus de 14 ans de communication réglementée sur l'Eurolist, se fait un point d'honneur à produire toute l'information nécessaire aux professionnels des Marchés financiers, mais aussi aux néophytes du Marché de l'Art. Toutes les questions des 18 000 actionnaires d'Artprice trouvent systématiquement leurs réponses dans l'information réglementée d'Artprice qu'elle diffuse en ligne sur Internet sur son propre site, http://www.artprice.com , et sur celui de son diffuseur homologué par l'AMF, ActusNews (http://www.actusnews.com).

Artprice est le leader mondial des banques de données sur la cotation et les indices de l'Art avec plus de 30 millions d'indices et résultats de ventes couvrant plus de 550 000 Artistes. Artprice Images(R) permet un accès illimité au plus grand fonds du Marché de l'Art au monde, bibliothèque constituée de 108 millions d'images ou gravures d'oeuvres d'Art de 1700 à nos jours commentées par ses historiens. Artprice enrichit en permanence ses banques de données en provenance de 4 500 Maisons de ventes et publie en continu les tendances du Marché de l'Art pour les principales agences et 6 300 titres de presse dans le monde. Artprice met à la disposition de ses 3,2 millions de membres (members log in), les annonces déposées par ses Membres, qui constituent, désormais, la première Place de Marché Normalisée(R) mondiale pour acheter et vendre des oeuvres d'Art à prix fixe ou aux enchères (enchères réglementées par les alinéas 2 et 3 de l'article L 321.3 du code du commerce).

Sommaire des communiqués d'Artprice : http://serveur.serveur.com/press_release/pressreleasefr.htm

Découvrir l'alchimie et l'univers d'Artprice http://web.artprice.com/video dont le siège social est le célèbre Musée d'art contemporain Abode of Chaos / Demeure du Chaos.

http://goo.gl/zJssd

https://vimeo.com/87859684

Suivre en temps réel toute l'actualité du Marché de l'Art avec Artprice sur Twitter et Facebook http://twitter.com/artpricedotcom https://www.facebook.com/artpricedotcom

Contact: Josette Mey: e-mail: ir@artprice.com

CONTACT: +33(0)478-220-000


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant