AllianzGI considère que la gestion active reste essentielle dans le contexte actuel

le
0

(NEWSManagers.com) - Dans des marchés moins liquides et plus volatils, alors que la menace déflationniste entretient la nervosité des investisseurs, Allianz Global Investors (AllianzGI) reste convaincu de l'importance d'une approche d'investissement active, tant en matière de sélection de titres que d'allocations d'actifs. La société de gestion reste positive sur le potentiel d'appréciation des actions, tant en termes de valorisation que de croissance bénéficiaire et de hausse du dividende. " Dans le détail, nous privilégions les actions européennes, plus attrayantes que les actions américaines ou japonaises. Les actions émergentes nous semblent encore trop chères " , a expliqué Andreas Utermann,directeur des investissements d'AllianzGI, le 26 novembre à l'occasion d'un point de presse. " Sur le marché obligataire, il est évident que les obligations souveraines des pays développés n'apportent plus aucun rendement aux investisseurs. Les opportunités sont à chercher du côté des obligations indexées sur l'inflation, de la poursuite de la convergence entre les taux des pays européens de la périphérie et les taux des pays- coeur, et sur le marché du crédit européen " , ajoute Franck Dixmier, directeur des Gestions Obligataires.

Selon Alexandre Caminade, Directeur Europe de la gestion Crédit, l'environnement actuel reste plutôt favorable au marché du crédit européen, mais nécessite une sélectivité croissante. En effet, alors que les fondamentaux des émetteurs High Yield sont restés stables en 2015, ceux des émetteurs Investment Grade se sont dégradés en raison du très fort impact du secteur pétrolier et gazier, soumis à la chute des prix des matières premières. Par ailleurs, l'augmentation de la volatilité sur les taux d'intérêt et les actions a pesé sur l'appétit des investisseurs depuis avril 2015. Malgré tout, le marché du High Yield bénéficie encore du soutien de certains facteurs techniques : les prévisions de taux de défaut restent basses, les volumes d'émissions sont en retrait. " Dans ce contexte, on revient à des niveaux de valorisation en ligne avec les fondamentaux macro et micro économiques " , estime Alexandre Caminade. " Les risques principaux sur le marché du crédit viennent aujourd'hui de la divergence des politiques monétaires, de la hausse de la volatilité et de l'augmentation du risque spécifique, ainsi que de la poursuite de la détérioration de la liquidité sur le marché secondaire " , conclut-il.

La décote persistante des marchés européens par rapport au marché américain rend les actions européennes encore attrayantes. Le renouveau du marché italien, qui tire la performance boursière en Europe, illustre le potentiel lié à l'amélioration de la conjoncture dans certains pays. Néanmoins, en raison d'une croissance mondiale qui reste sous pression, Catherine Garrigues, responsable des stratégies Conviction Actions Europe, garde une forte préférence pour les titres de qualité, d'entreprises qui maîtrisent leur endettement. " D'un point de vue sectoriel, nous privilégions les télécoms, qui bénéficient d'un retour de la croissance top line, l'immobilier coté, mais aussi la consommation non-cyclique et la technologie, qui reste dynamique " , explique-t-elle. " Par ailleurs, nous restons positifs sur le segment des petites et moyennes capitalisations, qui affichent une croissance solide des résultats et une valorisation relative attractive. " Selon elle, un risque à surveiller en 2016 serait lié à de possibles flux vendeurs des fonds souverains des pays pétroliers qui, sous la pression d'un baril faible, pourraient être contraints de céder des actions. " Dans ce contexte, le stock-picking sera la clé de la performance " , conclut Catherine Garrigues.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant