Allemagne-Nouveau signe d'un ralentissement de la croissance

le
0

(Actualisé avec des détails) par Alexandra Hudson BERLIN/FRANCFORT, 7 août, (Reuters) - La production industrielle allemande a augmenté nettement moins que prévu en juin, en raison vraisemblablement d'inquiétudes liées à la situation en Ukraine, une donnée macro-économique qui vient se rajouter à d'autres signes suggérant un ralentissement de la croissance de la première économie européenne. Selon le ministère de l'Economie, cette production a enregistré une progression de 0,3% en juin alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une hausse de 1,3%. Les maigres gains de juin compensent quelque peu le recul de 1,8% constatée en mai, à la faveur notamment d'une reprise dans le secteur de la construction, mais, selon les économistes la progression est "trop faible" et vient "trop tard". "Le deuxième trimestre a été plus faible, comme prévu, après un premier trimestre exceptionnellement bon en raison de la douceur de l'hiver (...) des événements géopolitiques ont également pu jouer", souligne le ministère. "L'évolution des commandes et du sentiment témoigne d'une évolution modeste de la production pour l'instant; la tendance de fond positive se maintient." Le ministère ajoute que la production industrielle du deuxième trimestre était de 1,5% inférieure à celle du premier. CHIFFRES DU PIB DU T2 ATTENDUS JEUDI Les données de la production industrielle au lendemaine de celles des commandes à l'industrie, également ressorties à un niveau très nettement inférieur aux attentes. Ces commandes ont ainsi reculé de 3,2% en juin en Allemagne par rapport à mai, leur plus forte baisse depuis septembre 2011, alors que Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne en moyenne une hausse de 1%. "Tout ceci est moins bon que prévu (...) et c'est trop peu pour faire du deuxième trimestre un trimestre de croissance", a déclaré Christian Schulz, analyste chez Berenberg Bank. "La facteur Poutine joue un rôle (...). Certains entreprises tournées vers l'exportation sont devenues plus prudentes et commandent moins, ce qui entraîne une moindre production." La Russie a massé environ 20.000 soldats près de la frontière avec l'Ukraine et pourrait prétexter une mission humanitaire ou de maintien de la paix pour envahir l'est de ce pays, a déclaré mercredi l'Otan. ID:nL6N0QC3RG Moscou va interdire l'importation de tous les produits agricoles américains et des fruits et légumes de l'Union européenne en réplique aux dernières sanctions que lui ont imposées les pays occidentaux pour son rôle dans la crise ukrainienne, rapporte mercredi soir l'agence de presse Ria Novosti en citant les autorités sanitaires. ID:nL6N0QC6H0 L'Allemagne est vue comme particulièrement exposée à une éventuelle "guerre économique" entre la Russie et l'Occident. Sur les trois premiers mois de l'année, l'Allemagne a vu son produit intérieur brut (PIB) augmenter de 0,8% d'un trimestre de l'autre, enregistrant ainsi sa plus forte croissance en plus de trois ans. Les chiffres du PIB du deuxième trimestre - dont une première estimation doit être publiée dans une semaine - devraient être marqués par une décélération de la croissance. Avant la nouvelle série de sanctions prises à l'encontre de Moscou et les statistiques des commandes à l'industrie et de la production industrielle, la plupart des économistes retenaient comme hypothèse une accélération du rythme de croissance au deuxième trimestre. Certains pensent désormais que ce scénario pourrait être remis en cause au vu des derniers développements. "Après les données de ce jeudi, il y a un risque important d'une légère baisse du PIB", a souligné Christian Schulz. Sur le marché des changes, l'euro était en légère baisse, à 1,3371 dollar (-0,07%) face au billet vert. (Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant