Allemagne : le mauvais élève de demain ? (Quilvest)

le
59

Loin de l'image d'un pays tout puissant au milieu d'une Europe déprimée, l'Allemagne pourrait connaître de sérieux déboires dans les années à venir.
Loin de l'image d'un pays tout puissant au milieu d'une Europe déprimée, l'Allemagne pourrait connaître de sérieux déboires dans les années à venir.

Les bonnes statistiques qui viennent d'Allemagne cacheraient des problèmes structurels qui pourraient devenir catastrophiques dans les années à venir, affirme Quilvest Gestion.

Et si l'Allemagne devenait un mauvais exemple dans les années à venir ? Selon Thibault Prébay, directeur de la gestion taux chez Quilvest Gestion, le marché allemand pourrait connaître de lourdes difficultés structurelles au cours de la prochaine décennie.

Problème démographique

Tout part d'une idée simple : la croissance économique d'un Etat ne peut être soutenue à long terme que grâce à une hausse de la demande intérieure. Il est donc indispensable d'adopter une politique de demande solide, or « une bonne politique de demande, c'est de faire des enfants » affirme Thibault Prébay.

C'est à ce niveau que le bât blesse pour l'Allemagne. Avec une natalité faible et donc un non renouvellement de sa population (le taux de natalité allemand est statistiquement de 1,3 enfants par femme), la démographie du premier pays d'Europe pose problème.

Jusqu'ici tout va bien...

Actuellement, cette faible natalité a principalement des conséquences vertueuses. Moins d'enfants signifie moins de crèches, moins de professeurs et moins d'encadrement, mais également moins de congés parentaux, donc plus de temps de travail et de consommation. L'accumulation de ces éléments expliquerait ainsi à court terme une contraction des dépenses publiques, réduisant le déficit budgétaire.

De même, l'arrivée de jeunes sur le marché du travail est plus faible, ce qui expliquerait en partie le faible chômage qui caractérise l'économie du pays. De quoi afficher des finances publiques à l'équilibre et rendre verts de jalousie les pays voisins... pour de mauvaises raisons.

« L'Allemagne va dans le mur »

Autre problème : le niveau de salaire assez faible pour les professions les moins qualifiées. Jusqu'à récemment, l'Allemagne n'avait pas de SMIC et un certain nombre de professions étaient faiblement rémunérées. Quittant la vie active dans les années à venir, toute une part de la population recevra ainsi une faible retraite et consommera peu, accentuant la faible demande intérieure du pays.

Avec l'une des populations les plus vieillissantes d'Europe, le pays entrerait progressivement dans un cercle vicieux qui fait dire à Thibault Prépay qu'à long terme, « l'Allemagne va dans le mur ».

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • scheyde1 le mercredi 24 sept 2014 à 17:09

    je suis d'accord avec "Pcur". C'est, de mon point de vue également, plus facile de gérer une décroissance qu'une croissance.1) L'insertion des jeunes, moins nombreux, se fait sans problème.2) L'évolution des techniques fait que nous avons moins d'emplois à créer : c'est le cas de l'Allemagne3) Il n'y a plus de problèmes de logementLe seul inconvénient est de faire partir les anciens en retraite plus tard

  • paspil le mercredi 24 sept 2014 à 16:28

    on sera avec eux dans le futur mais ils ont interet à etre vraiment mauvais

  • miez1804 le mercredi 24 sept 2014 à 15:28

    pardon, pas economique mais demographique!

  • miez1804 le mercredi 24 sept 2014 à 15:21

    @Isleleu: 100% d'accord avec vous, encore de l'enfumage socialo-bobo, car en France il y certe une belle croissance economique, mais cela produits des chomeurs, car il n'y a plus d'industrie, et 80% de la consommation vien de l'etrangé!

  • claloda le mercredi 24 sept 2014 à 12:57

    encore une hypothèse complètement erronée comme toutes ces sornettes qu'on veux nous faire boire .. ya plus de boulot pour tout le monde on est trop nombreux, il n'y a plus assez de ressources on pollue trop et on voudrais nous faire croire qu'en faisant des gosses c'est bon pour le monde ?? .. j'arrête ou je continue .. qui plus est, il faut voir qui pond en France ?

  • M7093115 le mercredi 24 sept 2014 à 11:36

    Toujours très hasardeuses ces hypothèses relatives à la démographie, cela peut se retourner assez vite Cf le livre d' Alfred Sauvy (une très bonne tête.... ) début des années 30 qui prévoyait une population de 28 millions en France pour les années 1980....De même ceux qui pronostiquent une Afrique à 4 milliards en 2100 vont peut être un peu vite en vesogne...

  • jihef61 le mercredi 24 sept 2014 à 11:01

    les données démopgraphiques de 2013 publiées par Eurostat montrent que les flux migratoikres compensent largement la "croissance naturelel" de la population. Tabler sur un affaiblissement de l'Allemagne pour des raisons démographiques est une erreur totale !

  • M9521331 le mercredi 24 sept 2014 à 10:10

    On rentre dans la politique et pas vraiment dans l'économie, mais il est indéniable que l'émigration qualifiée francaise se fait en grande majorité vers Londres, justement parceque la barriere de la langue est NETTEMENT plus faible et que c'est un des grand challenges de l'Allemagne. Par ailleurs le solde migratoire Francais est de 40k, il en faut 10 fois plus a l allemagne (dans un pays nettement plus petit) donc pas vraiment comparable.

  • M9521331 le mercredi 24 sept 2014 à 09:44

    Ps : le sujet de la mobilité de la population est tres intéressant, mais la barriere de la langue reste significative, particuliererement dans un pays dont les voisins ne parlent pas la langue (contrairement a la Suisse par exemple).

  • M9521331 le mercredi 24 sept 2014 à 09:43

    Je rappelle également, en conclusion, que pour ceux qui rejettent l'immigration, le modele américain avec des immigrés et du chomage s'oppose depuis 30 ans au modele japonais sans immigré et sans chomage. Pour un résultat sans équivoque. Malheureusement, l'immigration est une solution a 1.8 enfants par femme. Certainement pas a 1.2. Sur ce merci pour vos commentaires.Thibault Prébay