Albioma : la méthanisation plus compliquée que prévu

le
0
Site de biométhanisation d'Albioma à Thouars, dans les Deux Sèvres. (© Albioma)
Site de biométhanisation d'Albioma à Thouars, dans les Deux Sèvres. (© Albioma)

En grand spécialiste de la production d'électricité et de vapeur à partir de la bagasse de canne à sucre dans les départements d'outre-mer, à l'Ile Maurice et plus récemment au Brésil, Albioma s'est lancé dans la valorisation des déchets d'élevage en France métropolitaine. Là où la canne à sucre ne pousse pas mais où les petits éleveurs ont du fumier à revendre.

Pour Albioma, cette aventure a commencé en mai 2012, par l'annonce d'une prise de participation majoritaire au capital de Methaneo, une société spécialisée dans le développement de projets... sur papier. Les promesses faites alors au marché évoquent une puissance installée de 25 MW en 5 ans.

Pour l'instant, Albioma dispose de trois usines de méthanisation totalisant une puissance installée de 3 MW. Mais leur exploitation ne semble pas aussi aisée que prévue. Selon nos informations, la qualité des déchets d'élevage laisse à désirer. Autrement dit, les livraisons des éleveurs seraient enrichies avec des cailloux et autres résidus de béton provoquant de la casse dans l'outil industriel.

En attendant de trouver des solutions techniques tout en incitant les éleveurs à de meilleures pratiques, Albioma a mis un coup d'arrêt au développement des méthaniseurs. D'autant que les dirigeants manquent encore de visibilité sur la politique tarifaire qui

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant