A 30 ans, Ubisoft va poursuivre ses acquisitions et embaucher

le
0
Des personnes jouent à Tom Clancy's The Division, publié par Ubisoft, le 28 octobre 2015 à Paris. (© P. Kovarik / AFP)
Des personnes jouent à Tom Clancy's The Division, publié par Ubisoft, le 28 octobre 2015 à Paris. (© P. Kovarik / AFP)

«Nous sommes intéressés par des sociétés qui veulent se vendre, en Asie ou aux Etats-Unis, pour des montants entre 50 et 100 millions d'euros», a indique le PDG d'Ubisoft, Yves Guillemeot à des journalistes lors d'un briefing à l'occasion des 30 ans d'Ubisoft.

Le groupe veut en priorité se renforcer dans les jeux sur mobiles, qui représentent aujourd'hui moins de 5% de son activité. «Ca reste un métier que l'on va faire grandir», a-t-il précisé.

Ubisoft s'est ainsi offert l'éditeur de jeux mobiles Ketchapp en septembre.

Recrutements

Pour grandir, Ubisoft a aussi «l'ambition de recruter 500 à 1.000 personnes dans les dix ans qui viennent en France», a précisé Yves Guillemot, dont 500 personnes dans les cinq années à venir.

Ubisoft, qui compte 10.000 salariés dans le monde, a une forte empreinte au Canada avec environ 3.000 employés où le groupe bénéficie de crédits d'impôts très favorables, mais il a déjà renforcé sa présence en France avec environ 800 embauches au cours des cinq dernières années pour atteindre quelque 2.000 personnes.

L'extension du crédit jeu vidéo par le gouvernement français a créé des conditions plus favorables au développement des embauches en France, a reconnu le responsable en soulignant que l'Hexagone avait aussi «de très bons ingénieurs».

Concernant sa relation conflictuelle avec son premier actionnaire Vivendi, dont Yves

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant