35 heures : le rapport polémique de l'Igas a-t-il été censuré ?

le
28
Remise du rapport de l'Igas sur le Mediator, le 15 janvier 2011. Le directeur de l'Igas, Pierre Boissier, est le deuxième en partant de la gauche. À gauche d'Aquilino Morelle. (Image d'archive). 
Remise du rapport de l'Igas sur le Mediator, le 15 janvier 2011. Le directeur de l'Igas, Pierre Boissier, est le deuxième en partant de la gauche. À gauche d'Aquilino Morelle. (Image d'archive). 

Le directeur de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), Pierre Boissier, a-t-il bloqué la sortie d'un rapport rédigé par ses équipes ? C'est ce qu'affirme le site Mediapart, s'appuyant sur des sources syndicales. L'histoire fait beaucoup de bruit dans ce corps de hauts fonctionnaires auxquels sont traditionnellement confiées des études dans de multiples domaines (santé, travail, formation professionnelle).

À l'origine de la polémique, la décision prise par Pierre Boissier de ne pas transmettre au gouvernement un rapport sur « les politiques d'aménagement et de réduction du temps de travail ». Ce document d'une centaine de pages prend la défense des dispositifs de réduction du temps de travail, après l'audition d'une quarantaine de personnalités qualifiées, de la lecture attentive des études économiques disponibles sur le sujet, mais aussi de l'examen des actions menées dans d'autres pays européens. À l'en croire, les 35 heures instaurées par les lois Aubry entre 1998 et 2000, en instaurant un « partage » du travail, auraient contribué à réduire le chômage.

Une étude trop sulfureuse ?

« Compte tenu du caractère polémique de cette question [de la réduction du temps de travail, NDLR], depuis une quinzaine d'années, la mission a souhaité appréhender le sujet sous une forme globale, la plus objective et la plus précise possible », lit-on en introduction de ce rapport...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le mardi 19 juil 2016 à 13:32

    Toutes les études universitaires indépendantes ont prouvé que les 35H ne créaient pas d'emplois, c'est un fait qui fait consensus et tout débat est désormais clos. Pierre Boissier n'a fait que son devoir mais derrière cette affaire se cache une lutte d'arrière-garde, alimentée par quelques idéologues d'extrême-gauche, qui n'envisagent le travail que comme une servitude. C'est cette mentalité qu'il faut vaincre, et pour cela il faudrait des centaines de M. Boissier.

  • M7097610 le lundi 18 juil 2016 à 22:57

    pourquoi la censure de mon message ????

  • M7732327 le lundi 18 juil 2016 à 17:41

    Cela prend quelques lignes de lecture pour déterminer si la nouvelle est là pour botter le derrière du socialisme ou passer la brosse à reluire. Et soudain, le mot magique "Médiapart" lève toute ambiguïté.

  • M7732327 le lundi 18 juil 2016 à 17:38

    Il est certain que la France s'en tire mieux que la Grèce qui n'a pas les 35 heures.

  • AZOTH le lundi 18 juil 2016 à 16:07

    @fbs013 merci beaucoup pour votre témoignage fort intéressant loin de la complainte habituelle des résignés/réclamants.

  • broc_058 le lundi 18 juil 2016 à 15:53

    pensez vous que les technocrates places par le Ps oseraient dire que les 35 heures étaient négatifs

  • fbs013 le lundi 18 juil 2016 à 15:30

    Ce qui donne la sensation au chef de PME de devoir piloter sa boite comme un porte container de 400000t ...

  • fbs013 le lundi 18 juil 2016 à 15:29

    Quand nous avons du réduire la voilure en 2002, le dilemne etait le suivant : soit on conservait notre masse salariale, soit on virait du monde, mais cela permettait de faire baisser la masse salariale que de l'année d'après, tout en devant passer l'année en cours avec moins d'effectifs....ce qui n'aide pas a faire rentrer l'argent.

  • fbs013 le lundi 18 juil 2016 à 15:27

    Tout comme ce dont personne ne parle jamais : ce sont les entreprises mal-portantes qui financent les plans sociaux, ce qui fait qu'elles se portent encore plus mal, alors que ce devrait être les bien portantes qui devraient le faire. De sorte qu'une entreprise en difficulté passagère ait toute latitude pour se restructurer rapidement et survivre, sans pour autant jeter des gens à la rue sans ressources.

  • fbs013 le lundi 18 juil 2016 à 15:25

    @Azoth : Ancien start-upeur de la cuvée 1999, je vous rejoins complètement. Mais les dinosaures disparaitront avec le temps...Le fait est que le modèle qui consiste à financer l'action de l'état principalement sur le dos du travail et non sur celui de la valeur ajoutée doit être réformé car impropre aux enjeux des temps modernes...