2015 : d'excellentes performances et une tonalité rafraichissante sur la croissance (Chargeurs)

le
0

PUBLICATION RES./CA

ACTUALITÉ

Excellente récolte 2015 pour Chargeurs, qui publie un résultat en hausse de 42 % sur des ventes en hausse modeste (publication faite le 28/01). Le dividende est en hausse de 50 % à 0,3 € et bien au-delà des attentes (0,25 €).

ANALYSE

Pour la première fois, Chargeurs communique un EBITDA qui, au même titre que le résultat opérationnel courant, confirme la bonne santé des opérations sous-jacentes sur des ventes légèrement en hausse. Une gestion rigoureuse associée à la mise en œuvre d’un plan d’optimisation industrielle, et à un effet de change globalement positif, ont contribué à la progression de ces opérations. Dit autrement, les performances de 2015 sont celles que nous attendions pour 2016, à savoir qu’elles sont 10 % supérieures à nos prévisions.

Le résultat net part du groupe qui ressort à 15,3 M€, sensiblement au-dessus de nos propres attentes déjà ambitieuses, est soutenu par les crédits d’impôt, la nouvelle direction ayant opté pour une utilisation plus active de cette richesse « cachée » de Chargeurs. Pour rappel, ces pertes fiscales reportables ne peuvent être imputées que sur les bénéfices imposables en France. L’optimisation industrielle de 2015 a donc probablement renforcé cette base de revenus imposables français. Nous nous réjouissons de cette situation, car il s’agit d’un contributeur direct au flux de trésorerie disponible qui justifierait de reconnaître une valeur à cet actif.


Films de protection, l’activité phare de Chargeurs en matière de croissance et de génération de flux de trésorerie affiche des performances supérieures aux attentes, avec un EBITDA et une marge opérationnelle en hausse d’environ 140 pdb, à 11,8 % et 9,6 % respectivement. Cette division surfe sur les exigences de qualité des consommateurs et sur les améliorations technologiques continues qui font de l’utilisation de films minces de haute technologie, un facteur de productivité. L’activité a été soutenue par la bonne tenue du dollar (par l’exploitation d’usines en zone non dollar) et probablement par la chute des prix du polyéthylène. La baisse des intrants est répercutée sur les clients, mais avec un certain décalage, la baisse régulière des prix peut donc avoir été avantageuse.


La nouvelle direction envoie un signal positif à l’ex-division Interlining aujourd’hui rebaptisée Fashion Technologies. Cela se justifie probablement, puisque le savoir-faire de cette division, qui fournit une industrie du vêtement toujours plus exigeante sur le plan technique, est restée dans l’ombre trop longtemps, le temps de rompre tout lien avec les clients mauvais payeurs ou insolvables. Les 3,5 % de croissance du chiffre d’affaires sur une base pro forma, ainsi que le bond de 80 pdb des marges d’exploitation à 3,5 %, sont une excellente nouvelle. Il y a fort à parier que cette division va être en mesure de développer de façon satisfaisante ses partenariats avec les acteurs mondiaux de la mode, même si son pouvoir de négociation restera limité.


Excellente année pour cette division qui inaugure les textiles techniques destinés aux secteurs autres que celui de l’habillement et qui affiche une hausse de 22 % de son chiffre d’affaires, de 64 % de son bénéfice d’exploitation et des marges d’exploitation de 18%. Le principe est de doter les textiles techniques du substrat approprié pour leur donner des caractéristiques recherchées (par exemple capturer uniquement un certain type de lumière). Le potentiel de croissance de cette activité est probablement énorme puisqu’elle est encore de taille modeste.

Le problème est évidemment de répondre à une grande variété d’utilisations tout en gardant une base de coûts sous contrôle.


Le bénéfice d’exploitation est en baisse de 25 % en raison de la diminution du chiffre d’affaires et des marges (2,7 % contre 3,5 %). Ce recul n’est pas nécessairement un problème, car 2014 constituait une base de comparaison défavorable. De fait les marges seraient plus satisfaisantes si elles étaient calculées à partir de la marge commerciale brute, plutôt que sur les ventes, et, enfin, le groupe a continué à se positionner comme le spécialiste du commerce en amont de la laine, visant le haut de gamme dans la chaîne de valeur de la laine.

IMPACT

Un résultat sous-jacent élevé, une utilisation accrue des actifs d’impôts et surtout l’esprit d’entreprise du nouveau patron imposent une révision approfondie à la hausse des perspectives de bénéfices. La valorisation qui repose sur l’ANR va également être révisée à la hausse en combinant réévaluation à la hausse de la valeur des actifs opérationnels et des actifs d’impôts et amélioration de la situation nette de trésorerie pour la fin 2015. Chargeurs porte bien des habits neufs.


Si le fichier PDF ne s'affiche pas ou pour le télécharger, cliquez ici.

Pour consulter le fichier PDF en intégralité, cliquez ici.

Pour visualiser les documents au format PDF, vous pouvez télécharger gratuitement Acrobat Reader XI.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant