Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un prêt gratuit de logement en échange de travaux équivaut à un bail
Le Figaro26/11/2020 à 06:00

Un propriétaire ayant autorisé un proche à occuper sa maison toute sa vie en échange de travaux, pensait ne pas avoir à lui verser d'indemnité après être revenu sur sa parole.

Donner un droit d'occupation sur un immeuble en échange de travaux et du paiement d'une partie des charges n'est pas un prêt gratuit, mais un bail qui ne peut pas être rompu selon le bon vouloir du propriétaire. Le propriétaire qui reviendrait sur l'accord et expulserait l'occupant, devrait l'indemniser, a jugé la Cour de cassation dans une décision rendue le 22 octobre dernier.

Dans le litige soumis à la Cour, le propriétaire d'une maison avait donné à un proche le droit de l'occuper comme résidence secondaire jusqu'à sa mort, en contrepartie de quoi l'occupant prenait à sa charge l'entretien courant et des travaux de rénovation ainsi que la moitié des charges périodiques.

Pour ce propriétaire, cette convention était un arrangement qui pouvait être rompu selon la volonté de l'un ou de l'autre car les contreparties mises à la charge de l'occupant n'étaient pas vraiment sérieuses. Mais à la suite d'une mésentente, il avait signifié à l'occupant qu'il revenait sur son engagement et qu'il fallait libérer les lieux.

La justice a été saisie et elle a jugé qu'il s'agissait d'un bail qui n'était pas gratuit puisque le droit d'occupation avait des contreparties. Le paiement d'un prix, selon le code civil, caractérise le contrat de location. La rupture a été jugée injustifiée puisque le locataire remplissait ses engagements. Elle causait donc un préjudice à cet occupant. Ce préjudice a été évalué par les juges, en multipliant le coût de la location d'un bien équivalent par la durée prévue du contrat. Ce qui a coûté très cher au propriétaire puisqu'il avait consenti un avantage viager à cette personne âgée d'une soixantaine d'années.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer