Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Retraites : quelles sont les nouveautés concernant la CSG ?
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr07/09/2018 à 14:15

Pour faire baisser les cotisations salariales, le président Macron a décidé, dans le cadre du projet de loi de finances 2018, d'augmenter la CSG de 1,7 point. Une mesure qui pénalise certains retraités, leur impôt augmentant sans contrepartie. Le Premier ministre a depuis promis des mesures de compensation pour quelque 100 000 familles.

Retraites : quelles sont les nouveautés concernant la CSG ? / iStock.com - PeopleImages

Retraites : quelles sont les nouveautés concernant la CSG ? / iStock.com - PeopleImages

Causes et conséquences de la hausse de la CSG

Entrée en vigueur le 1er janvier, la nouvelle loi de finances 2018 a instauré plusieurs réformes fiscales visant à réduire les prélèvements obligatoires et augmenter le pouvoir d'achat des salariés. Pour compenser ce manque à gagner, la CSG a vu son taux augmenter d'1,7 point, passant de 7,5% à 9,2% sur les salaires, et de 6,6% à 8,3% sur certaines pensions de retraite. Les revenus du patrimoine sont quant à eux passés d'une taxation à 8,2% à 9,9%. La baisse des cotisations sociales se fait quant à elle en deux temps. Une première baisse de 2,2 points a été appliquée au 1er janvier et atteindra 3,15 points au 1er octobre prochain. Si les salariés du privé, dont le salaire se trouvera revalorisé, sont les grands gagnants de cette réforme, 60% des retraités, soit environ 8 millions de personnes, sont pour leur part impactés par la hausse de la CSG sans bénéficier de la baisse des cotisations salariales.

Les mesures de compensation pour les retraités

Si, bien entendu, la hausse de la CSG ne concerne pas les retraités qui bénéficient actuellement d'une exonération de cet impôt ou d'un taux réduit de 3,8%, ceux qui payaient 6,6% subissent en revanche la hausse de plein fouet. Concrètement, les retraités qui percoivent des revenus inférieurs à 1 400? net par mois, soit environ 40% d'entre eux,  ne seront pas impactés par cette hausse de la CSG. Pour les 60% restants, ceux dont le revenu fiscal de référence (RFR) dépasse les 14 404? par part fiscale, la fiscalité sera donc alourdie. A titre d'exemple, un retraité touchant 3 000? de retraite par mois aura à subir une perte de revenus de 50? par mois, soit 600? par an. Toutefois, un grand nombre de ces retraités verra cette hausse compensée par la diminution de la taxe d'habitation. Pour rappel, les foyers (retraités ou pas) dont le RFR ne dépasse pas 27 000? pour un célibataire et 43 000? pour un couple auront bien droit à un dégrèvement de 30% en 2018, de 65% en 2019 et de 100% en 2020 sur leur taxe d'habitation. Pour les autres, soit 6,4 millions de ménages de retraités en 2018, c'est en moyenne 380? sur l'année qui disparaitront des revenus, selon un rapport rendu public en juillet dernier par le député LREM Joël Giraud. Ces "grands perdants" ne seront plus, toujours selon le rapport, que 3,2 millions en 2020, avec une perte moyenne de 500? par an et par ménage.

Trucs et astuces

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé vouloir "aider" quelques 100 000 ménages de retraités dont les deux membres ne dépassent pas individuellement le seuil de RFR mais se retrouvent "ensemble" au dessus du seuil "couple". Un rectificatif sera "bien inscrit dans le projet de loi de finances pour 2019" a ainsi assuré le cabinet du ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin.

14 commentaires

  • 18 septembre14:56

    Nous sommes le seul pays dans le monde où le revenu moyen des retraités dépasse largement le revenu moyen des actifs. On marche sur la tête. Et on pleurniche parce que l'on demande à ces retraités, qui ont profité du plein emploi, de participer à l'effort collectif pour leurs enfants et leurs petits-enfants. Nos retraités sont pathétiques.


Annonces immobilières