Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Rentrée : 3 bonnes résolutions à prendre pour ses finances personnelles
information fournie par Café de la Bourse06/10/2021 à 08:00

(Crédits photo : Pexels - Breakingpic )

(Crédits photo : Pexels - Breakingpic )

La rentrée de septembre peut être une excellente occasion de se pencher sur ses finances personnelles et de mettre en place quelques ajustements simples pour partir du bon pied, éviter les déboires financiers et financer ses projets de court, moyen et long terme. Retrouvez dans cet article 3 bonnes résolutions à prendre en cette rentrée pour repartir sur de bonnes bases.

Anticiper ses besoins et dépenses sur l'année

D'abord, faites un point sur les dépenses qui sortent de l'ordinaire et que vous envisagez pour cette année : vacances, achat d'une voiture, travaux d'aménagement, etc.

Pour toutes ses dépenses de court terme, que vous effectuerez dans les 12 mois, il est recommandé de souscrire un placement à capital garanti qui vous permettra à tout moment de récupérer les sommes intactes. Vous pourrez opter pour un livret bancaire de l'épargne réglementée (livret A, LDDS, etc.) ou bien un livret bancaire fiscalisé. Les premiers permettent de bénéficier d'une exonération de l'impôt sur les plus-values et les charges sociales mais, contrairement aux seconds, ils comportent un plafond relativement faible qui peut poser problème (22 950€ pour le livret A et 12 000€ pour le LDDS) si les projets que vous souhaitez financer sont d'une certaine envergure.

Notez que les taux d'intérêt de ces enveloppes sont relativement peu élevés : 0,5 % pour le livret A et le LDDS, les livrets bancaires fiscalisés peuvent présenter des taux légèrement plus attractifs mais sur une courte période pendant laquelle les taux sont boostés.

Pour aller chercher plus de performance, il peut être plus intéressant de se tourner vers le fonds euros de l'assurance-vie. Soyez vigilant et sélectionnez bien votre contrat car il existe de fortes disparités en termes de performance. Rappelons aussi que les rachats peuvent prendre un certain temps. Assurez-vous donc avant de verser sur cette enveloppe destinée à financer des dépenses court-terme que vous pourrez bien récupérer les fonds en quelques jours et non pas attendre de longues semaines. Notez aussi que cette solution est à privilégier si vous possédez votre contrat depuis plus de 8 ans et qu'il vous permet de bénéficier à ce titre d'une taxation réduite sur les gains (de 24,7 % au lieu de 30 %, à condition que les encours tous contrats confondus ne dépassent pas 150 000 euros pour une personne seule et 300 000 euros pour un couple).

Investir sur le marché actions pour ses projets de long terme

Cette rentrée peut aussi être le moment de recenser ses projets long terme. Il faudra non seulement les formuler mais aussi définir le montant à mettre de côté et déterminer un horizon d'investissement. Le financement des études des enfants, l'achat de la résidence principale ou d'une résidence secondaire, un investissement locatif, un placement pour financer sa retraite sont autant de projets de longue haleine qu'il vaut mieux bien anticiper et soigneusement préparer.

Pour les projets de long terme, il conviendra de se tourner vers les marchés actions, cette classe d'actifs la plus rémunératrice dès lors que l'on dispose de plusieurs dizaines d'années. Le plus simple est sans doute de se positionner via des ETF sur les grands indices boursiers mondiaux, voire sur un ETF MSCI World qui réplique la performance d'un panier de valeur construit à partir des 1 600 plus grandes entreprises mondiales. Si vous aimez boursicoter, il est aussi possible de consacrer une petite partie de vos investissements à la constitution d'un portefeuille boursier dont vous gérerez le stock-picking et les arbitrages.

Plusieurs enveloppes peuvent servir à abriter vos investissements sur le marché actions : le PEA qui permet de bénéficier d'une exonération totale d'impôt sur les plus-values est idéale pour investir en Bourse à l'aide de trackers. En revanche, il n'est pas possible avec ce support d'investir sur des titres vifs de sociétés dont le siège social est situé hors UE. Pour acquérir des actions Amazon ou Apple par exemple, il vous faudra posséder un compte-titres qui ne comporte aucune restriction et laisse de ce fait une bien plus grande liberté à l'investisseur. Enfin, il est aussi possible d'investir en Bourse depuis son assurance-vie. Les supports en unités de compte permettent en effet d'investir sur des trackers, des OPCVM et même des titres vifs. L'offre est cependant parfois très limitée. Vérifiez donc bien avant de souscrire un contrat que vous pourrez investir sur les marchés actions qui vous intéressent. Enfin, le Plan Epargne Retraite (PER) permet d'investir sur les marchés actions en profitant d'avantages fiscaux mais la sortie (en capital et en rentes) ne pourra s'effectuer qu'à la retraite (à de rares exceptions près).

Se débarrasser de ses placements qui ne rapportent rien

Cette rentrée peut aussi être l'occasion de se pencher sur les placements que vous possédez et qui sont bien en deçà de vos attentes. N'hésitez pas à clôturer les enveloppes aux rendements anémiques qui viennent plomber la performance de vos placements. Exit le codevi à 0,3 % par exemple. Remplacez-le par un livret A à 0,5 % si vous souhaitez y placer moins de 22 950 euros. En revanche, si vous souhaitez mettre 50 000 euros sur un placement à capital garanti, vous pourrez vous tourner vers les livrets fiscalisés des banques en sélectionnant celle qui offre le meilleur rendement. Rappelons que les sommes détenues sur un placement à capital garanti doivent uniquement servir à financer les projets de court-terme et se constituer un fonds d'urgence qui servira à régler toutes les dépenses imprévues.

N'hésitez pas à non plus à vous débarrasser d'une assurance-vie qui ne vous rapporte rien, même si vous possédez votre contrat depuis plus de 8 ans et bénéficiez d'un avantage fiscal qui, rappelons-le, s'applique sur les gains des rachats. Mieux vaut une assurance-vie qui rapporte dont les gains seront taxés à 30 % qu'une assurance-vie qui ne rapporte rien ou presque dont les faibles gains seront moins taxés. La seule raison de garder une assurance-vie qui ne rapporte rien, c'est lorsque l'on possède un contrat perdant dont les UC sont garanties en capital au bout d'un certain laps de temps et que vous n'êtes pas encore arrivé à l'échéance.

De manière générale, si vous avez investi sur un fonds, un tracker ou un titre vif et que celui-ci sur le long terme affiche des rendements déplorables et n'a pas su dégager de la performance dans les périodes de marché haussier comme de marché baissier, alors ne vous acharnez pas, vendez ! Vous pourrez réinvestir ces liquidités sur un placement bien plus intéressant.

0 commentaire

Annonces immobilières