Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Qu'est-ce que le « name and shame » ?
Boursorama avec Pratique.fr11/07/2020 à 08:30

Focus sur le « blâme » public. Depuis le mois de mars, la liste nominative des entreprises de plus de 1 000 salariés avec un faible score à l'index égalité professionnelle femmes-hommes est disponible sur le site du ministère du Travail. Un moyen pour le gouvernement d'identifier publiquement les entreprises égalitaires et les mauvais élèves et de les contraindre à modifier leurs pratiques.

iStock-DNY59

Le phénomène du « name and shame »

Le « name and shame » est une action qui consiste à « déclarer publiquement qu'une personne, un groupe ou une entreprise agit de manière fautive ». À l'échelle d'un pays ou à l'international, cette pratique est notamment utilisée pour dénoncer les atteintes aux droits de l'Homme. En France, le ministère du Travail a publié en mars la liste des grandes entreprises avec leur index égalité femmes-hommes, créé par la loi Avenir professionnel. L'objectif de cette pratique est d'inciter les entreprises fautives à prendre conscience des mesures nécessaires au développement de l'égalité homme-femme. La liste permet de distinguer les bons élèves et pointer du doigt les entreprises en faute, c'est-à-dire celles dont le score de 2019 est égal ou inférieur à 75 sur 100. Ces dernières, averties avant la publication, avaient un an pour rectifier le tir au risque de se voir nommées et blâmées sur la place publique. Des entreprises comme Renault Retail Group y sont parvenues. La filiale de distribution automobile affichait l'an dernier un score peu glorieux de 51 et est désormais remontée à 81. Globalement, deux entreprises sur trois avaient rectifié leurs situations quelques jours avant la date limite.

44 entreprises montrées du doigt

Le site travail.gouv.fr distingue 44 entreprises de plus de 1 000 salariés affichant un score inférieur ou égal à 75. Ces entreprises ont alors pour obligation de mettre en place des mesures correctrices au risque de se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 1 % de leur masse salariale. Parmi les entreprises citées, on retrouve des institutions bancaires, comme le CIC (avec un score de 71), des enseignes comme Go Sport (74) ou encore des entreprises de BTP comme Lafarge Holcim Granulat et Bouygues TP (75 pour chacune des deux entreprises).

Un outil de pression abondamment utilisé par le gouvernement

Le « name and shame » n'est pas une nouveauté en France. La pratique a déjà été utilisée par Emmanuel Macron lorsqu'il était au ministère de l'Économie. En novembre 2015, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes avait mis en ligne une liste de 5 entreprises qui ne respectaient pas les délais de paiement. Dans la même veine, le gouvernement a publié début février les résultats d'une vague de testings sur 40 entreprises issues du SBF 120 sur les discriminations à l'adresse et à l'origine. L'étude a permis de confirmer l'existence d'une discrimination à l'origine au moment du recrutement, distinguant 7 entreprises délinquantes, dont Accor Hotel, Air France ou encore Renault. Les entreprises ont alors répliqué par voie de communiqué, soulignant les « faiblesses de la méthodologie utilisée ». Elles ont cependant répondu favorablement à l'invitation du gouvernement à participer aux discussions relatives à l'établissement d'un nouveau cahier des charges en vue d'une seconde vague de testing.

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • coche123
    12 juillet15:00

    les boites de streap tease vont être obligées de recruter majoritairement des hommes, même chose dans les centres de massage chinois. Et que dire des sages femmes ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer