Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Pickme ou la livraison collaborative entre voisins
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr29/07/2021 à 08:30

Deux phénomènes de société ont explosé à la faveur de la crise sanitaire : le collaboratif, d'une part, et les achats en ligne d'autre part. Pickme, une jeune pousse parisienne créée il y a moins d'un an, a décidé de conjuguer ces deux tendances pour créer un service aussi ingénieux que novateur : transformer les voisins en relais colis.

Pickme ou la livraison collaborative entre voisins - iStock-simarik

Pickme ou la livraison collaborative entre voisins - iStock-simarik

Des livraisons plus humanisées, et des voisins qui nouent les liens...

L'idée est toute simple ; il suffisait d'y penser ! C'est ce qu'ont fait Florian Dufour-Rives (CTO), Jessie Toulcanon (CEO) et Samuel Rousseau (COO) avec Pickme : créer un réseau de « keepers », des personnes qui, contre une petite rémunération, reçoivent, stockent et distribuent les colis de leurs voisins. Cela ne sonne pas le glas du secteur des transporteurs, qui continuent à assurer l'essentiel de la course (Pickme a noué des partenariats avec GLS France et DPD) ; mais les voisins assurent le relais sur les derniers kilomètres. Leur mission ? Ils vérifient l'état du colis ; ils le scannent via l'application ; ils contactent le destinataire par SMS et conviennent d'un RDV, entrent le code à 4 chiffres que ce dernier leur communique, puis le rencontrent pour lui remettre le colis, suivant un créneau horaire convenu.  Les keepers reçoivent, pour ce service, un euro par colis : 0,50 centime à la réception du colis, et 0,50 centime lors de sa remise au destinataire. Mais leur gain mensuel est limité à 300 euros par mois, afin que leur « mission » ne soit pas requalifiée par l'URSSAF en salariat déguisé... Pickme a pensé à tout ! La plateforme se rémunère, de son coté, en prélevant une commission de 15 à 20 % auprès du transporteur. Quant à ce dernier, il réalise des économies d'échelle liées au « dernier kilomètre ».  Tout le monde trouve donc son compte financièrement dans ce nouveau modèle, tandis que dans le même temps, les livraisons sont ré- « humanisées », et que le principe permet de recréer du lien entre voisins ! « (les Keepers) sont surtout des femmes qui ont la trentaine, des jeunes mères, des personnes en télétravail, des étudiants et aussi des gardiens ou des concierges », explique Jessie Toulcanon, la CEO de Pickmee.

Une jeune pousse pleine d'ambition...

Alors qu'elle vient de lever 1 million d'euros, auprès de Founders Future et de business angels spécialisés dans l'e-commerce et la logistique, la startup n'a expérimenté son modèle qu'en Ile de France pour le moment, mais a un vaste programme de développement. Forte de ses premiers résultats encourageants (elle affiche fièrement un taux de 80% des colis livrés en 24h et de 0% de litiges ou colis perdus), Pickme annonce en effet couvrir bientôt les villes de Lyon et Lille. Ce n'est qu'une étape : elle prévoit, à terme, d'étendre son service à tout l'hexagone, en étoffant le réseau de Keepers composé, pour l'heure, de 35 000 membres.  La startup devrait aussi faire croitre sa propre équipe : elle a déjà annoncé passer de 8 à 16 collaborateurs cette année.

1 commentaire

  • 29 juillet09:10

    Tout le monde trouve son compte, oui oui bien sûr mdrO% de litiges, mais bien sur :D


Annonces immobilières