Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Partager pour mieux consommer

Boursorama avec Pratique.fr16/11/2015 à 16:30

Depuis ces temps de crise, ce que l'on nomme « économie collaborative » s'est amplement démocratisé. Aujourd'hui, un outil, une voiture ou un vêtement n'est plus utilisé par une seule personne.

L'union fait la force

L'économie du partage

La première forme de cette économie collaborative est le partage. La définition de ce partage est l'utilisation du bien par plusieurs personnes, qui assurent ensemble l'entretien et ses coûts.

L'un des grands exemples à s'être démocratisé est celui du covoiturage, des conducteurs décidant de faire un trajet ensemble. En échange, les frais d'essence sont divisés entre chaque passager.
Mais le secteur de l'auto est loin d'être le seul. Presque tout peut se partager, y compris des personnes. Le réseau social LinkedIn a été bâti autour de cet esprit, mutualisant les employés comme les employeurs.

Les savoirs peuvent aussi se partager. Il existe aujourd'hui des établissements solidaires, comme c'est le cas des garages solidaires. Pour cet exemple, c'est donc un garage qui est mis à disposition et des débutants comme des personnes plus expérimentées peuvent venir y réparer leurs voitures. L'objectif est d'apprendre à réparer seul tout en payant moins cher pour l'entretien du véhicule.

Le terme « d'économie de partage » n'est d'ailleurs pas exagéré. D'après le magazine Le Revenu, le chiffre d'affaires de celle-ci devrait s'élever à 335 milliards de dollars en 2025.

Louer plus pour acheter moins

Les initiatives solidaires ne s'inscrivent pas dans une logique de profit. Mais cela est moins vrai pour la location, qui est à l'origine d'entreprises et d'exploitations plus ou moins lucratives.

Admettons que vous ayez besoin de poncer le parquet de votre salon. Acheter une ponceuse de qualité professionnelle vous coûterait très cher. De plus, une fois votre parquet poncé, l'outil ne vous sera plus d'aucune utilité. D'un autre côté, une ponceuse bon marché rendra la tâche beaucoup plus longue et plus pénible.

Des entreprises se positionnent ainsi sur la location de matériel professionnel aux particuliers. De cette façon, vous avez une ponceuse de haute qualité à moindre coût, le temps de vous occuper de votre salon. Plutôt que d'acheter, vous pouvez louer ce dont vous avez besoin pour la demi-journée.
Et là encore, l'outillage n'est pas le seul domaine représenté.

Le troc et la donation

Des sites comme Leboncoin sont aujourd'hui reconnus.

En général, ce type d'entreprises sur le Net stimulent plutôt la revente (l'occasion est un marché à elle seule). Mais elles promeuvent également des formes de partage parallèles, comme le troc ou la donation. Par exemple, un amateur de jeux vidéo y propose les éléments de sa collection auxquels il ne joue plus.

Des sites de mise en relation se sont ainsi créés, comme Donnons.org par exemple : ces noms de domaines se spécialisent, plus que Leboncoin, sur le créneau de la donation.

Trucs et astuces

Sélectionnez les milieux solidaires qui vous intéressent et privilégiez des initiatives proches de chez vous. Dans le cas des garages solidaires, par exemple, un site s'est créé : http://www.garagesolidaire.fr/


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.