Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Notre consommation de viande doit-elle être repensée ?

Boursorama avec Pratique.fr16/11/2015 à 16:30

La question de la consommation de viande est de plus en plus présente. En cause : des scandales sanitaires, qui posent des questions sur la qualité de ce que l'on mange. Mais pas seulement.

La consommation de viande

Un secteur régulièrement ébranlé

Le secteur de la viande fait régulièrement la Une des médias. Rien que ces dernières années :

  • • En octobre 2015, une étude du centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l'OMS, a conclu que la viande transformée augmentait le risque de cancer colorectal de 18%. La simple viande rouge a, elle, été considérée comme « probablement cancérogène » ;
  • • En 2013, la découverte de viande de cheval dans des lasagnes étiquetées « pur bœuf » interroge sur la provenance des produits. L'enquête avait démontré que ceux-ci, avant d'arriver en France, avaient nécessité des acteurs dans toute l'Europe ;
  • • Plus loin dans le temps, le virus dit « de la vache folle » (maladie de Creutzfeldt-Jakob) actif dans les années 1990, est toujours présent dans les esprits. Les animaux concernés étaient atteints d'une encéphalopathie attaquant le système nerveux.


Le résultat est là : au lendemain de l'étude du CIRC, 28% des Français disaient vouloir réduire leur consommation de viande, d'après un sondage paru dans Libération.

Alors, faut-il abandonner la viande ?

L'alimentation végétarienne existe depuis longtemps, mais les scandales alimentaires leur ont donné une nouvelle force. Des organisations défendent ainsi une alimentation 100% sans viande. Au Canada, un site contre le cancer vous aide à éliminer la viande rouge de votre alimentation : www.cancer.ca/fr-ca/prevention-and-screening/live-well/nutrition-and-fitness/eating-well/red-and-processed-meat/?region=on

Quelques mois avant l'étude du CIRC, le président d'une association nommée Animal Amnistie avait pointé les risques de cancers (et d'autres maladies) liés à l'alimentation carnée. D'autre part, il affirmait que les risques de cancer n'étaient pas réels si l'alimentation était maîtrisée. En effet, selon lui, le corps a besoin de 8 acides aminés : ils seraient tous présents dans la nourriture végétale, sauf la vitamine B12, qui peut être prise en complément.

Toutefois, abandonner la viande n'est pas forcément une bonne idée. D'ailleurs, elle n'est peut-être pas nécessaire. Comme pour tous les aliments, l'étude pointe que le cancer peut être provoqué par une alimentation « riche » en viande rouge. En d'autres termes, elle vous incite à avoir une alimentation variée.
En effet, dans le cas contraire, tous les aliments sont potentiellement cancérogènes : manger trop d'œufs, par exemple, favoriserait le cancer de la prostate. La preuve : http://www.atlantico.fr/pepites/cancer-prostate-manger-oeufs-192606.html

Trucs et astuces

L'un des avantages de la culture végétarienne est sa simplicité. La production de légumes frais ne nécessite pas d'abattoir ou de matériel coûteux : il est possible d'en produire chez soi, même en centre-ville. Des personnes possèdent leur jardin sur leur terrasse ou sur le toit de leur immeuble. Songez à vous renseigner sur l'achat d'une petite serre.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.