1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les banques françaises détiennent 124 milliards d'euros de créances douteuses
Le Figaro21/10/2019 à 12:20

Les banques françaises détiennent 124 milliards d'euros de créances douteuses (Crédits photo : Pixabay - Alexander Stein )

INFOGRAPHIES - Les prêts non-performants détenus par les établissements de crédit français représentent 2,6% des prêts totaux consentis par ces institutions.

C'est l'un des sujets qui donne des sueurs froides aux gouvernements et régulateurs: en Europe, les prêts non-performants restent un enjeu majeur, représentant des centaines de milliards d'euros à risque. Ces «NPLs», pour «non-performing loans», sont des prêts que l'emprunteur ne rembourse pas, en partie ou totalement. Plus précisément, il s'agit de ceux dont le retard de paiement dépasse 90 jours et que le prêteur aura peu de chance de voir remboursés.

Dans une étude publiée ce lundi, et qui s'appuie notamment sur des données de l'Autorité bancaire européenne (EBA), le cabinet d'audit et de conseil Deloitte souligne que les établissements français conservaient, en juin 2019, «le deuxième pool de créances non-performantes en Europe», de l'ordre de 124 milliards d'euros sur les 636 milliards d'euros de NPLs que comptait le continent. L'Hexagone figure derrière l'Italie, dont les NPLs, en valeur, s'approchent des 140 milliards d'euros, mais se classe loin devant la Grèce (83 milliards d'euros), le Royaume-Uni (57 milliards) et l'Allemagne (33 milliards d'euros). Sur le moyen terme, les établissements français ont diminué leur stock de créances douteuses, qui s'élevait à 140 milliards d'euros mi 2017.

En pourcentage, les prêts non-performants détenus par les établissements français restent minoritaires: ils ne pèsent que 2,6% des prêts totaux consentis par ces institutions. Un taux inférieur à la moyenne européenne (3%), quand l'Italie, le Portugal, l'Irlande, la Pologne, la Croatie et la Hongrie ont un taux supérieur à 5%. A titre de comparaison, les États-Unis avaient un taux de NPLs inférieur à 1,5% du stock total de crédits accordés. Les banques du vieux continent ont néanmoins fait un effort considérable pour nettoyer leurs bilans depuis la crise: en 2014, le taux avait atteint un pic record de 7%.

Cas à part, Chypre (21%) et la Grèce (42%) restent les pays les plus vulnérables aux prêts douteux, de loin. Ces deux nations figurent dans le haut du classement mondial des pays avec le plus haut taux de prêts non-performants: en 2017, seule l'Ukraine (54,5%) et le micro-État de Saint-Marin (48,9%) les dépassaient, selon la Banque mondiale. Les prêts non-performants gardent un rôle majeur dans ces pays du sud de l'Europe, qui bataillent, depuis des années, pour les réduire durablement, sans pour autant mettre en difficulté les emprunteurs dos au mur.

En France, les six plus grandes banques possédaient, en décembre 2018, 112 milliards d'euros de prêts non-performants, soit 3% de leurs prêts totaux en moyenne. BNP Paribas garde la plus importante partie de ces prêts - 30,3% -, suivie par le Crédit agricole (20,5%), la BPCE (18,75%), la Société générale (16%), CMG (12,5%) et la Banque postale (0,9%).

De plus, la majeure partie des prêts non-performants accordés par les cinq banques principales françaises - 86 milliards d'euros au total - était répartie équitablement entre des prêts aux ménages, aux PME et aux grandes entreprises. Les hypothèques des ménages pesaient 17% du total, et autant pour les autres prêts aux particuliers. «La part du stock de prêts non-performants a légèrement diminué depuis 2014», une évolution qui s'explique notamment par une hausse de la «qualité des débiteurs», analyse le cabinet.

La surabondance de prêts non-performants reste scrutée de près par les autorités régulatrices, en Europe et dans le monde. Ces NPLs «pèsent sur la rentabilité des établissements de crédit, accaparent des ressources précieuses et limitent leur capacité à accorder de nouveaux prêts», estime la Banque centrale européenne (BCE). Depuis la crise, la Commission européenne, notamment, a travaillé pour réduire cette masse de prêts douteux, et améliorer la résilience des banques. L'année dernière, un plan a été présenté pour établir un «nouveau cadre permettant de gérer» ce dossier épineux.

Fin 2016, ces prêts représentaient plus de 1000 milliards d'euros dans l'ensemble des banques européennes, rappelle la BCE, et 880 milliards pour les grandes banques de la zone euro seules, soit 6,2% du montant total de leurs prêts. Une taille qui a, depuis, décru. Face à la montée des NPLs, les banques ont notamment dû augmenter leurs fonds propres, dont elles disposent pour pallier un non-remboursement des prêts. Dans l'Hexagone, il s'établit désormais à 51%, en hausse de 2% sur un an.

Lire la suite de l'article sur LeFigaro.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer