Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Le Sénat favorable à un report de l’âge de la retraite
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr07/12/2021 à 12:00

Le Sénat s'est prononcé en faveur d'un report de l'âge de la retraite à 64 ans au lieu de 62 ans. Les Sénateurs considèrent qu'il y a urgence.

Le Sénat favorable à un report de l’âge de la retraite / iStock-SubstanceP

Le Sénat favorable à un report de l’âge de la retraite / iStock-SubstanceP

Refonte du système des retraites : un sujet sensible

La réforme des retraites a pour objectif de supprimer les régimes spéciaux, l'idée étant d'harmoniser les règles et conditions entre secteur privé et secteur public. De plus, cette réforme a un autre but : qu'aucune pension ne soit inférieure à 1 000 euros. En 2020, la pandémie de COVID-19 a entraîné la mise en pause de cette réforme à laquelle beaucoup sont opposés. Et, cette année, Emmanuel Macron a jugé que ce n'était pas le moment de s'attaquer à ce vaste chantier. Toutefois, ce n'est pas l'avis de tous les Sénateurs.

Non à la procrastination

Dans la nuit du 12 au 13 novembre dernier, et dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2022, les Sénateurs ont majoritairement voté en faveur d'un report progressif de l'âge légal de départ à la retraite. Ils souhaitent que cet âge passe de 62 ans à 64 ans et considèrent qu'il y a urgence. Du point de vue de René-Paul Savary (LR), co-rapporteur du texte, le déficit de la branche vieillesse est bien réel et il est nécessaire d'agir. La rapporteure générale Élisabeth Doineau (centriste) est d'accord avec lui et estime qu'il faut arrêter de procrastiner. L'amendement a donc été adopté par 196 voix contre 134. Il prévoit notamment une conférence de financement entre partenaires sociaux. Le but ? Trouver des idées pour harmoniser les régimes de retraite d'ici à 2030.

Désaccords entre Sénateurs

Si une grande majorité des Sénateurs n'est pas d'accord avec Emmanuel Macron, il existe également des désaccords entre les Sénateurs eux-mêmes. Monique Lubin, membre du Parti socialiste et du conseil d'orientation des retraites (COR), estime par exemple que c'est toujours aux mêmes personnes que l'on demande de faire des efforts. Adrien Taquet, secrétaire d'État chargé de l'Enfance et des Familles, a lui aussi fait part de son souhait de ne pas engager une telle réforme alors que la crise sanitaire est loin d'être enrayée. Pour lui, réformer le système de retraite français n'est pas uniquement prendre en compte l'aspect financier du problème. D'autres enjeux sont à considérer : lisibilité, équité… « Une telle réforme ne peut être engagée qu'une fois la situation sanitaire totalement sous contrôle et doit être soumise à un intense débat démocratique. »

Le rapport alarmant de l'Insee

Tandis que des retraités et syndicats manifestent pour demander, entre autres, une revalorisation annuelle des pensions indexée sur l'inflation et que des enseignants retraités sont appelés à la rescousse par l'Éducation nationale, l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) a publié un rapport qui interpelle. Selon l'organisme, à l'âge (actuel) de départ à la retraite, parmi les 5 % de personnes les plus pauvres, un quart est déjà mort. Et chez les 5 % les plus riches ? Cette part est atteinte à 80 ans.

20 commentaires

  • 11 décembre10:48

    Le mieux est de partir bien avant l'âge légal en conservant sa sécurité financière. Je l'ai fait alors pourquoi pas vous ? Site www.anticipretraite.fr


Annonces immobilières