Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Charente-Maritime se protège des grandes marées

Le Figaro07/04/2016 à 13:38

EN IMAGES - Alors que les dernières grandes marées d’hiver s’achèvent le 10 avril, les chantiers de protection des côtes se poursuivent en Charente-Maritime. L’objectif ? Eviter de nouvelles inondations meurtrières.

A l’approche des dernières grandes marées de l’hiver, du 7 au 10 avril, la Charente-Maritime défend plus que jamais ses côtes avec 150 chantiers en cours ou à venir pour empêcher de nouvelles inondations meurtrières et destructrices, comme celles de la tempête Xynthia en février 2010. A Charron, La Rochelle, en de multiples sites sur les trois îles (Ré, Aix et Oléron), à Châtelaillon-Plage ou Fouras-les-Bains, du nord au sud, le département renforce la protection de ses 470 km de trait de côte (îles comprises) à grands coups de brise-lames, de digues, d’enrochements, de murets et de batardeaux pour fermer les cales d’accès à la mer.

Ces chantiers sont regroupés au sein d’une vingtaine de Programmes d’action et de prévention des inondations (PAPI). A lui seul, le Conseil départemental de Charente-Maritime en porte huit, en qualité de maître d’ouvrage. Avec la Seine-Maritime, il est le seul de France à avoir endossé cette compétence. «Prendre la maîtrise d’ouvrage a été une décision courageuse, qui permet de gagner en temps, en efficacité et en homogénéité», assure à l’AFP Lionel Quillet, vice-président du Conseil départemental et président de la Commission littorale, créée en 2011 pour que le département dispose de sa propre expertise dans ce domaine très pointilleux.

350 millions d’euros pour une défense au top

«Nous avons mené les études pour les communes, surtout pour celles qui n’en ont pas les moyens financiers ou techniques. Cela nous a permis d’avoir une vue d’ensemble. Il faudrait 350 millions d’euros pour une défense au top, et 150 millions pour un système de défense supérieur à avant Xynthia. Ces 150 millions sont budgétés», souligne l’élu, maire d’une petite commune de l’île de Ré. Une somme à comparer avec l’équivalent des 5 millions d’euros investis entre 1965 et 2008.

La Communauté d’agglomération de La Rochelle porte également huit chantiers, et d’autres encore sont gérés par des syndicats intercommunaux. Le Syndicat du littoral regroupant quatre communes - Yves, Châtelaillon, Fouras et l’île d’Aix - endosse ainsi 20 millions d’euros de travaux. Mais d’autres petites localités isolées, comme Moëze ou Brouage, se sentent démunies, financièrement et techniquement, face à l’immensité de l’océan... Car la protection des côtes n’est pas une action unifiée et centralisée. Elle est au contraire totalement morcelée, du fait même de l’organisation mise en place par l’Etat après Xynthia, déplorent les élus charentais.

Cette organisation a d’ailleurs été renforcée par la loi de modernisation de l’action publique et l’affirmation des métropoles (Maptam) de 2014, et son volet sur la Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi), qui entrera, lui, en vigueur au plus tôt en 2018.

Les communes n’auront pas les moyens financiers ou techniques

Or le Gemapi prévoit que la commune ou le syndicat deviennent la structure dédiée à la défense contre les eaux. Pour Lionel Quillet, l’après-Xynthia représente donc «la plus grande décentralisation des responsabilités et des charges depuis 1945». Car à ces dispositions s’ajoute la création des Plans communaux de sauvegarde, qui prévoient que la préfecture se borne à donner l’alerte aux communes, seules responsables juridiquement en cas de catastrophe. «Ainsi l’État est protégé et les mairies responsables de tout», déplore le «Monsieur digues» du Département. «Avec le Gemapi, le Conseil départemental n’aura plus la compétence +digue+. Quant aux communes, elles n’en auront pas les moyens financiers ou techniques. Alors il faut tout faire avant 2018!», conclut-il.

Lors de la tempête Xynthia, associée à de fortes marées, la mer avait brisé des digues et envahi des lotissements situés en zones inondables (52.000 hectares au total), provoquant la mort de 53 personnes dans l’ensemble de la France, dont douze en Charente-Maritime. Au total, la fédération française des sociétés d’assurances estime les dégâts directs de Xynthia à plus de 2,5 milliards d’euros. En Charente-Maritime, la coefficient de marée atteindra vendredi après-midi 118, le plus haut de l’année.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.