Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'inflation grimpe en France, et chez nos voisins
information fournie par Boursorama avec LabSense24/12/2021 à 07:30

En France, selon l’Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 0,4 % en novembre 2021 et de 2,8 % sur un an, après une estimation à 2,6 % sur le mois précédent. Une évolution progressive et inquiétante, bien que largement inférieure à celle de nos voisins européens.

L'inflation grimpe en France, et chez nos voisins  / iStock-Bet_Noire

L'inflation grimpe en France, et chez nos voisins / iStock-Bet_Noire

Les causes de l’inflation

Selon l’Insee, l’inflation de l’année 2021, contrecoup direct de la crise sanitaire, serait multifactorielle. Elle résulterait en effet d’une augmentation des prix de l’énergie, des produits manufacturés et des services. Interrogé sur France Info le 15 décembre dernier, le directeur général de l’Insee, Jean-Luc Tavernier, indiquait que cette inflation s’expliquait par «le fait qu’en amont, les prix de productions dans l’industrie, dans l’agriculture, voire dans le bâtiment sont très élevés». L’augmentation des prix de production est donc directement répercutée sur les prix de vente. Si l’institut prévoit un reflux de l’inflation des prix de l’énergie en 2022, pointant les différentes mesures d’aides gouvernementales, il anticipe une hausse des prix des produits manufacturés et des produits alimentaires. Selon les estimations, l’inflation devrait ainsi rester supérieure à 2,5 % en France au premier semestre 2022.

Chez nos voisins

Au Royaume-Uni, l’Office national de la statistique (ONS) rapporte que l’inflation était à son plus haut depuis dix ans en octobre dernier. Outre-manche, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 4,2 % sur un an en octobre dernier. La Banque d’Angleterre (BoE), qui présentait jusqu’à présent un pic à 5 % en avril 2022, se prépare à le dépasser largement quand le plafond des tarifs fixés par le régulateur britannique de l’énergie (Ofgem) sera ajusté. Côté allemand, l’inflation a atteint son plus haut niveau depuis trente ans en novembre dernier, s’établissant à 5,2 % sur l’année. La BCE se veut toutefois confiante. Intervenue récemment dans l’édition dominicale duFrankfurter Allgemeine Zeitung, Christine Lagarde a indiqué que le taux d’inflation devrait baisser en début d’année prochaine, précisant que le gouvernement allemand avait abaissé la TVA d’environ 3 % en 2020. La taxe a été prélevée le 1er janvier 2021. Le taux d’inflation étant calculé par rapport à l’année précédente, elle indique que « ces facteurs devraient automatiquement disparaître l’année prochaine ». L’ancienne ministre de l’Économie française précise également l’impact de la pénurie de puces informatiques, ainsi que celui de la hausse des coûts de l’énergie, assurant que les prix devraient se stabiliser en 2022. Pour rappel, le taux d’inflation aatteint 3,4% en septembre dernier sur l’ensemble de la zone euro.

Une note d’optimisme pour le 2ème semestre 2022 ?

En France, les spécialistes regardent également vers 2022 avec un certain optimisme. Si, selon les prévisions de l’Insee, l’inflation entraînera un recul du pouvoir d’achat au début de l’année prochaine, l’institut prévoit cependant un rebond au deuxième trimestre 2022. Le directeur de l’Insee souligne par ailleurs que le «contrecoup début 2022» suit directement une période de croissance économique de 6,7 % sur l’année 2021. Il conclut que, malgré la dureté de la crise sur le budget des ménages, les Français traversent la crise sanitaire avec un pouvoir d’achat augmenté, mettant en perspective la stagnation des années 2010. Suivant la crise de 2008, le pouvoir d’achat des Français avait en effet stagné tout au long de la décennie.

2 commentaires

  • 24 décembre09:12

    Les salaires n'augmentent pas ou alors de 0,3 % (cas d'EDF)


Annonces immobilières