Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

L'aviation électrique en bonne marche en France
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr27/09/2021 à 14:30

Avez-vous déjà entendu parler d’Aura Aero ? La petite startup toulousaine ambitionne de révolutionner l’aviation en produisant des avions électriques : le premier vol sans émissions de CO2 se ferait en 2026.

L'aviation électrique en bonne marche en France - iStock-Sasha Vasyliuk

L'aviation électrique en bonne marche en France - iStock-Sasha Vasyliuk

La genèse et les ambitions d’Aura Aero

Créée il y a 3 ans par les anciens d’Airbus Wilfried Dufaud, Fabien Raison et Jérémy Caussade, Aura Aero compte désormais 80 salariés et est à l’origine de l’Intégral R, un avion de voltige assemblé en quelques mois dans l’ancienne base aérienne de Toulouse-Francazal. Immergée dans le berceau de l’aéronautique en France, la région Occitanie, la start-up est loin de freiner ses ambitions : en misant tout sur l’aviation électrique, elle développe actuellement un projet de mise en service d’un avion de transport régional sans émissions de CO2, à l’horizon 2026. L’un des trois fondateurs, Jérémy Caussade, explique : « Ça ne fait pas si longtemps que les industriels s'intéressent à l'avion électrique et on est peu dans le monde à prendre le sujet à bras le corps ». Concrètement, l’objectif d’Aura Aero est de répondre « aux enjeux de l’aviation du futur : des avions plus silencieux, plus propres, plus efficaces et plus sûrs ». Mais alors, d’où provient cette idée d’avion électrique ? Jérémy Caussade ne s’en cache pas : Tesla, constructeur et pionnier de la voiture électrique, est l’inspiration majeure des fondateurs d’Aura Aero.

Les nouveaux projets en cours

Voler sans émettre de CO2 : le projet ERA En mars dernier, dans le hangar de la base aérienne de Toulouse-Francazal, Jérémy Caussade annonçait devant des élus locaux et collaborateurs le lancement d’un « gros challenge, un combat » : le projet ERA (Electrical Regional Aircraft). De quoi s’agit-il ? D’un avion de 19 places, à propulsion électrique, dans le but de faire des distances courtes à 0 émission de carbone en vol. On pourrait alors envisager des liaisons Toulouse-Lyon, ou encore Bordeaux-Brest. Cependant, il faudra attendre 2026 pour une mise en service.   Développer un avion électrique de voltige : le projet Integral-E En 2022, attendez-vous au premier vol de l’avion biplace de voltige baptisé Integral-E. En juin dernier, Aura Aero a signé avec la société slovaque Aelis Group une lettre d’intention pour l’achat de 10 avions Integral-E et dix appareils complémentaires en option. Les livraisons s’étaleront entre 2023 et 2024. La start-up comptabilise déjà une soixantaine d’intentions de commandes pour l’Integral-E.

Quel futur pour l’aviation électrique ?

Ce n’est pas un secret : le secteur aéronautique doit faire ses preuves dans la réduction d’impact environnemental. Attention alors à ne pas transposer « les usages d’aujourd’hui au tout-électrique de demain », met en garde Jérôme Bouchard, expert en aéronautique au cabinet Oliver Wyman. Avec un avion de 19 places proposé par Aura Aero, pas question de remplacer le trafic actuel. Les compagnies viseraient alors des aéroports secondaires avec des terminaux plus petits, pouvant ressembler à des gares. Les enjeux seraient non pas de remplacer les trains, transports de masse, mais de répondre à des soucis d’accessibilité, de rapidité, ou à des urgences sanitaires. Qui plus est, les batteries électriques ne sont pas encore suffisantes pour faire voler des avions long ou moyen courriers : la solution serait peut-être d’envisager des avions hybrides ou à hydrogène.

3 commentaires

  • 27 septembre19:29

    Je suis sûr que les ayatollahs de l'écologie vont encore avoir à redire!


Annonces immobilières