Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôt sur la Fortune Immobilière : ISF bis ou révolution ?

BFG Capital14/02/2018 à 11:36

Quelles sont les composantes de l'Impôt sur la Fortune Immobilière et comment s'applique t-il ? ( Crédits : Pexels )

1 300 000 euros. Avant le 1er janvier 2018, et avec un patrimoine de ce montant là, vous auriez été soumis à l'Impôt de Solidarité sur la Fortune, sans distinction de type quelconque. Aujourd'hui, c'est différent. Le vote de la loi de finances 2018 signe en effet l'avènement de l'impôt remplaçant l'ISF : l'impôt sur la fortune immobilière (ou IFI), qui frappe désormais le patrimoine immobilier du redevable.

Il s'agit d'un changement majeur dans l'imposition du contribuable, qui voit désormais son patrimoine immobilier et financier être soumis à deux modes d'imposition différents : IFI pour l'immobilier et PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) pour le patrimoine financier.  Cela traduit les intentions du gouvernement qui voulait corriger "l'appauvrissement de la ressource fiscale" consécutif à l'ISF. Là où l'ISF touchait 350 000 foyers et rapportait en 2016 près de 5 milliards d'euros, l'IFI devrait diminuer le nombre de redevables, qui passerait donc à 150 000 personnes. Les prévisions du gouvernement quant à ce nouveau dispositif s'élèveraient à 850 millions d'euros.

Comment l'IFI va-t-il concrètement affecter le contribuable ? Quelles sont les données pratiques à avoir en tête au niveau patrimoine et juridique  Comment s'applique l'IFI ?Entré en vigueur le 1er janvier 2018, l'IFI consiste en un impôt annuel dont les conditions d'assujettissement s'apprécient au 1er janvier de chaque année d'imposition. Il concerne notamment les contrats souscrits et les dettes contractées avant le 1er janvier 2018, mais qui continuent de produire des effets à cette date. Ces situations sont ainsi susceptibles de rentrer dans le champ d'application des dispositions particulières d'assiette (contrat d'assurance vie par exemple). Cet impôt frappe donc l'ensemble des actifs imposables détenus par le redevable, et dont la valeur réelle totale est supérieure à 1 300 000 €. L'entrée en vigueur de ce nouvel impôt supprime l'ISF, et de facto, la réduction ISF-PME. Cependant, tout don ou versement ouvrant droit aux réductions d'impôt dites ISF-dons et ISF-PME, effectué entre la date limite de dépôt des déclarations ISF dues au titre de l'année 2017 et le 31 décembre 2017 sont imputables, dans les conditions habituelles, sur l'IFI qui sera dû au titre de l'année 2018.

 Le changement est-il si important ?

Oui. Car, bien que les autres caractéristiques de l'IFI soient reprises pour l'essentiel des règles applicables en matière d'ISF (définition du redevable, modalités de liquidation...), l'assiette de l'impôt change par rapport à l'ISF. L'IFI apporte donc un changement notable au niveau fiscal : celui d'une assiette plus restreinte. Ainsi, au lieu du patrimoine global du redevable, ne sont imposés au titre de l'IFI que les immeubles et droits immobiliers détenus par celui-ci, directement ou indirectement par l'intermédiaire d'une société ou d'un organisme. Ce qui n'est pas sans conséquence ! En effet, il y a désormais une véritable séparation du patrimoine immobilier et financier, ce qui permet d'y voir plus clair dans la répartition de l'imposition des différents produits d'investissements. À titre d'exemple, si l'on reprend les dispositions du Code Général des Impôts, sont imposables à l'IFI les immeubles, soit : les droits sur les immeubles, ainsi que les parts ou actions de société, pour leur valeur représentative des droits immobiliers. Cela fait entrer dans l'assiette de l'IFI les parts de SCPI ou d'OPCI, qui seront soumises à cet impôt. L'assurance-vie entre également dans le cadre de l'IFI : elle est incluse dans le patrimoine du souscripteur, à hauteur de la fraction de sa valeur représentative des actifs imposables. En clair, si le portefeuille assurance-vie comporte de la SCPI adossée, la quote-part concernée entre dans le calcul de l'IFI. 

( Crédits : BFG Capital )

 Qui est concerné ?        

Les redevables concernés par l'IFI sont les personnes physiques seulement, les sociétés n'entrant pas dans le champ d'application de l'impôt.Les contribuables susnommés sont imposables à raison de leurs actifs immobiliers, situés en France ou hors de France.Ils demeurent aussi taxables à raison des parts ou actions de sociétés ou d'organismes qu'ils détiennent, à hauteur de la fraction de leur valeur représentative de biens et droits immobiliers.On peut donc affirmer qu'en réalité, le patrimoine de certaines personnes morales n'échappe pas en totalité à l'impôt, bien que ces dernières n'en soient jamais redevables.

 À retenir

L'instauration de l'IFI répond à un objectif clair : réduire le nombre de contribuables soumis à l'impôt et créer une réelle distinction entre le patrimoine immobilier et le patrimoine financier. Cependant, il s'agit tout de même d'un système nouveau. Même s'il a été voté par la majorité présidentielle en place, il n'en demeure pas moins qu'une certaine méfiance entoure l'IFI. Ainsi, le groupe LREM a voté un amendement à la loi de finances qui soumet l'IFI à une mission de suivi et d'évaluation, qui débutera dans deux ans, visant à mesurer ses impacts économiques et sociaux. Une attention particulière sera portée aux effets de la mesure en termes d'investissement dans les entreprises et de répartition des richesses.Par conséquent, même si l'IFI est une petite révolution législative et fiscale, elle reste une révolution prudente avant tout.

(Achevé de rédiger le 7 février 2018)

Amine Mostefaï Chargé des Affaires Juridiques chez BFG Capital

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.