Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Immobilier de bord de mer: la Bretagne a plus la cote que PACA
information fournie par Le Figaro12/07/2021 à 09:00

(Crédits photo : Unsplash - Clovis WOOD )

(Crédits photo : Unsplash - Clovis WOOD )

C'est dans l'ouest du pays que les prix de l'immobilier ont le plus flambé ces deux dernières années. Les côtes de la Manche attirent aussi.

Cet été, les Français privilégient l'Hexagone pour leurs vacances. Certains opteront pour la campagne, les autres pour le bord de mer. La Nouvelle-Aquitaine, PACA et la Bretagne sont les trois littoraux les plus prisés, selon le cabinet Protourisme. Les demandes de réservation pour les maisons s'envolent. Si bien que dans certaines régions, l'offre de logements est insuffisante pour répondre à la demande. Conséquence: les prix de l'immobilier flambent.

C'est le cas notamment en Bretagne qui, pour la deuxième année consécutive, affiche la plus forte hausse parmi les stations balnéaires: +7,2% sur les 12 derniers mois, selon une étude réalisée par Meilleurs Agents, spécialiste de l'estimation immobilière. En deux ans, les prix ont même grimpé de 13,5%! C'est deux fois plus que pour la région PACA (+6% en 2 ans). Idem sur les côtes de la Manche où les tarifs ont plus flambé en un an (+5,9%) que lors des 2 dernières années (+5,3%). Deux régions qui ont renforcé leur attractivité avec la crise. «L'engouement s'explique par des prix abordables, bien en dessous de ceux pratiqués sur la côte atlantique ou en PACA, mais aussi par leur accessibilité depuis les grandes villes (TGV ou voiture)», décrypte Barbara Castillo-Rico, responsable des études économiques chez Meilleurs Agents.

Des hausses de prix plus modérées en PACA

Et malgré ces envolées, les prix de l'immobilier breton et normand restent attractifs, autour de 3000/3100 euros le m² (maisons et appartements confondus), selon Meilleurs Agents. En Bretagne, Beuzec-Cap-Sizun, Plonévez-Porzay et Guissény, trois communes finistériennes, sont les villes les plus abordables de la région, avec des prix avoisinant les 1500 euros le m². La Trinité-sur-Mer, Carnac (56) et Dinard (35) sont plus connues mais du coup, plus chères puisque les prix sont 3 à 3,5 fois plus élevées, autour de 5200 euros le m² pour la première citée et 4500/4600 euros le m² pour les deux suivantes.

Côté Manche, les stations balnéaires les plus chères sont Le Touquet (6544 euros le m²), Deauville (5534 euros) et Trouville (4499 euros). En bas de l'échelle, on trouve Ault, dans la Somme, (1681 euros), Grandcamp-Maisy, dans le Calvados (1711 euros) et Le Tréport, en Seine-Maritime (1718 euros).

À l'inverse, le sud-est de la France a moins la cote. L'immobilier coûte presque deux fois plus cher (5121 euros en moyenne, tous biens confondus) et la proximité avec Paris ne joue pas en faveur de la Côte d'Azur et du Languedoc-Roussillon. Deux inconvénients en cette période de crise sanitaire et économique. Les Français ont des envies d'ailleurs mais pas trop loin de Paris. Conséquence: la hausse des prix de l'immobilier est plus modérée (entre 3 et 4% en PACA et en Languedoc-Roussillon).

Mais les stations balnéaires de la région ne sont pas toutes inaccessibles. Aux Saintes-Maries-de-la-Mer (13), à Cogolin et Saint-Mandrier-sur-Mer (83), le m² se négocie autour voire en dessous de 4000 euros le m², en PACA. Trois à quatre fois moins qu'à Saint-Jean-Cap-Ferrat (14.058 euros le m²), Ramatuelle (12.760 euros) ou Saint-Tropez (12.286 euros). Dans le Languedoc, Palavas-les-Flots reste la station la plus chère (4493 euros le m²) devant Collioure (4198 euros) et La Grande-Motte (4117 euros). Au contraire de Port-la-Nouvelle (11), La Palme (11) et Torreilles (66) qui sont les moins onéreuses avec des prix oscillant entre 2000 et 2200 euros le m².

1 commentaire

  • 12 juillet10:38

    Pourquoi acheter en bordure de mer où la population s'agglutine comme des sardines, et où la montée des eaux menace à terme l'urbanisation galopante ?


Annonces immobilières