Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Euro-croissance : un support encore confidentiel

Boursorama13/11/2017 à 15:50

Le gouverneur de la Banque de France veut rénover les contrats Euro-croissance afin qu'ils trouvent leur public

A l’occasion de la dernière conférence internationale organisée par la Fédération Française de l’Assurance (FFA), le gouverneur de la Banque de France a appelé à rénover et encourager la diffusion des contrats dits « Euro-croissance ».

Lancés en 2014, ces contrats qui totalisent un encours de moins de 2 milliards d’euros, n’ont toujours pas trouvé leur public.

Une garantie en capital qui n’est plus permanente

Présenté comme la troisième voie de l’assurance-vie, l’objectif de l’Euro-croissance est d’orienter l’épargne des français, très investie sur les fonds euros, qui rapportent de moins en moins chaque année, vers un support plus dynamique en termes de rendement en contrepartie d’une prise de risque plus importante pour l’épargnant. Alors que la garantie en capital est permanente sur le fonds euros d’un contrat d’assurance-vie classique, elle n’est due qu’au terme de l’investissement (soit au minimum huit ans) sur un Euro-croissance. Dit autrement, un épargnant qui souhaiterait retirer son capital avant le terme prévu s’expose aux risque de marchés, comme c’est le cas lorsqu’il est investi sur un support boursier comme une Unité de Compte (UC). Très habitués au fonds euros et peu enclins au risque, les épargnants se sont donc montré peu intéressés par le produit jusqu’à présent.

Un contrat au fonctionnement complexe

 Un versement sur de l’Euro-croissance comprend une part investie en euros, avec une garantie au terme, et une autre investie sur une « part de diversification », plus dynamique avec un espoir de gain plus important. Plus l’échéance de placement choisie par l’épargnant est longue et plus la part investie en parts de diversification est grande. En sens inverse, plus l’échéance est proche et plus la part investie en euros est importante. Une allocation d’actifs sur un Euro-croissance dépend donc du montant des versements et de l’horizon de placement définis par le client. Cette mécanique spécifique ne facilite pas les comparaisons entre les contrats car chaque allocation est différente selon les profils des épargnants. C’est pourquoi les assureurs qui proposent ces produits ne communiquent qu’une moyenne de rendement entre les différents supports proposés. Par comparaison, les investissements répartis entre un fonds en euros et des UC sont plus facilement compréhensibles car ils donnent lieu à une communication uniforme.

Un mauvais contexte de lancement

L’Euro-croissance a été lancé dans un contexte de marché peu porteur avec des taux obligataires très bas, ce qui complique la gestion des assureurs et la possibilité d’aller chercher du rendement. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’un décret paru durant l’été 2016 a autorisé les assureurs à transférer une partie des plus-values latentes, autrement dit les richesses générées par le portefeuille d’actifs géré par la compagnie, vers les fonds Euro-croissance. Cette possibilité de transfert, vivement critiquée et montrée du doigt, n’a certainement pas aidé à populariser l’Euro-croissance auprès du grand public.

A. L. (redaction@boursorama.fr)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.