Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Escroquerie : un pharmacien aurait détourné 700.000 euros en falsifiant des ordonnances
information fournie par Boursorama avec Newsgene24/02/2021 à 11:22

Le professionnel a été interpellé le 8 février dernier et il se trouve actuellement sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction d'exercer son métier.  (Hayleybarcar / Pixabay)

Le professionnel a été interpellé le 8 février dernier et il se trouve actuellement sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction d'exercer son métier. (Hayleybarcar / Pixabay)

Un pharmacien de Colmar (Haut-Rhin) a été mis en examen car il est suspecté d'avoir détourné près de 700.000 euros à l'Assurance maladie. Il aurait falsifié des ordonnances ou créé des documents de toutes pièces afin d'arnaquer le système de remboursement.

Un pharmacien exerçant à Colmar (Haut-Rhin) est suspecté d'avoir falsifié des ordonnances dans le but de se faire rembourser des médicaments, ou encore du matériel médical, par la Sécurité sociale et les mutuelles, rapporteBFMTV. Le professionnel de la santé a été interpellé le 8 février dernier et mis en examen pour « escroquerie », « faux et usage de faux », « exercice illégal de la médecine » et « mise en danger de la vie d’autrui », détaille la chaîne d'information.

Des remboursements étalés entre 2017 et 2019

Son escroquerie aurait duré pendant deux ans et il serait parvenu à détourner pour près de 700.000 euros. Une plainte de la caisse d'Assurance maladie du département a été déposée l'année dernière et a permis d'alerter sur ces remboursements demandés par le pharmacien, qui ont été réalisés entre 2017 et 2019.

Des investigations ont été menées pendant un an par la police judiciaire de Mulhouse. Le professionnel serait parvenu à prescrire des médicaments via des procédés illégaux. Il lui serait arrivé de falsifier la date des ordonnances ou de rajouter des médicaments sur le document, mais également de créer des ordonnances ou bien d'avoir recours au système de délivrance exceptionnelle de médicaments.

Le professionnel a reconnu les faits

Lors de sa garde à vue, celui-ci a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il a indiqué avoir voulu rendre service à sa clientèle. Laissé libre et sous contrôle judiciaire, il a été interdit d'exercer sa profession.

16 commentaires

  • 25 février09:55

    Pourquoi se gêner ? Le pot de confiture que constitue les charges sociales est grand ouvert. Il suffit de se servir... Le secteur du social et de la santé est devenu une rente exorbitante. Ils vivent dans un monde parallèle. Le reste de la population appréciera.


Annonces immobilières