Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance emprunteur : la résiliation annuelle confirmée

Boursorama12/01/2018 à 12:45

Le Conseil constitutionnel confirme la possibilité pour l'emprunteur de changer de contrat chaque année ( Crédits : Adobe Stock )

Le Conseil constitutionnel confirme dans sa décision du 12 janvier la possibilité pour le consommateur de changer chaque année de contrat d'assurance-emprunteur.

C'est une décision qui était attendue par les consommateurs. La possibilité de changer chaque année d'assurance emprunteur a été validée ce vendredi par le Conseil constitutionnel. Cette possibilité a été introduite par la loi Sapin 2 du 21 février 2017 et plus particulièrement l'amendement du sénateur Bourquin. Cette disposition censée s'appliquer à compter du 1er janvier 2018 avait été fortement contestée par la Fédération bancaire française qui avait introduit une question prioritaire de constitutionnalité afin d'en limiter les effets.

Une possibilité de résiliation élargie

Suite à sa décision du 12 janvier 2018, le Conseil constitutionnel précise « qu'en instituant un droit de résiliation annuel aux contrats en cours, le législateur a voulu, compte tenu de la longue durée de ces contrats, que cette réforme puisse profiter au grand nombre des emprunteurs ayant déjà conclu un contrat d'assurance collectif. Il a ainsi poursuivi un objectif d'intérêt général». La loi Hamon de 2014 avait déjà introduit la possibilité pour l'emprunteur de changer d'assurance-emprunteur dans les douze mois suivant l'obtention du prêt. Mais la loi du 21 février 2017 ouvre plus largement les vannes car elle ne s'applique pas seulement aux nouveaux contrats de prêt souscrits après sa promulgation mais aussi au stock de contrats en cours, ce qui concerne près de 8 millions d'emprunteurs.

Un marché très convoité

La décision du Conseil constitutionnel n'est que la résultante d'un long bras de fer entre les banques et les acteurs « alternatifs » du secteur. Actuellement, les banques bénéficient d'une position dominante sur le marché. Près de 85% des contrats dit «de groupe » sont proposés par les acteurs bancaires qui proposent leurs contrats en même temps que le crédit immobilier. L'assurance-emprunteur a généré en 2016 l'équivalent de 6,5 milliards d'euros de primes. Un marché lucratif que les banques ont tout fait pour conserver. Et pour cause, car les marges sur ce produit peuvent monter jusqu'à 50% selon les estimations des acteurs alternatifs, notamment les assureurs, qui veulent peser sur ce marché dans les années à venir.

L'offensive des acteurs alternatifs

Le poids de l'assurance-emprunteur dans le coût du crédit immobilier est d'autant plus visible que les taux sont bas. Pour gagner des parts de marché, les assureurs ont dégainé des offres plus compétitives, par le biais de contrats dit « individuels » qui permettent d'économiser jusqu'à 30 à 40% sur le coût total du crédit. La confirmation de l'amendement Bourquin devrait donc faire changer progressivement les habitudes des consommateurs même si un professionnel du secteur regrette que «si les ménages ont désormais pris l'habitude de comparer les offres de crédits, ils restent encore trop passifs en matière d'assurance-emprunteur et souscrivent le contrat de leur banque sans discuter ».

A. L. (rédaction@boursorama.fr)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.