Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Jean-Paul Belmondo: les femmes de sa vie à la ville et à l’écran
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag12/09/2021 à 08:30
Temps de lecture: 2 min

Séducteur à la ville comme à l’écran, Jean-Paul Belmondo a eu de nombreuses compagnes et s’est marié deux fois crédit photo : Shuttesrtock

Séducteur à la ville comme à l’écran, Jean-Paul Belmondo a eu de nombreuses compagnes et s’est marié deux fois crédit photo : Shuttesrtock

Jean-Paul Belmondo s'est éteint le 6 septembre. Irrésistible séducteur à la ville comme à l'écran, le « Magnifique » a connu de belles et nombreuses histoires d'amour. De ses deux épouses, Elodie Constantin et Natty, en passant par ses idylles tumultueuses avec Ursula Andress ou Maria Carlos Sotto Mayor, découvrez celles qui ont partagé sa vie.

Jean-Paul Belmondo, un grand amoureux

En 1953, au tout début de sa carrière, Jean-Paul Belmondo rencontre Elodie Constantin, danseuse professionnelle, avec qui il restera 16 ans. Le couple aura trois enfants: Patricia, Florence et Paul. Mariés en 1959, ils se séparent en 1966 lorsque la liaison de Jean-Paul Belmondo avec Ursula Andress est rendue publique.

C'est sur le tournage du film Les Tribulations d'un Chinois en Chine, en 1965, que Jean-Paul Belmondo tombe sous le charme de l'inoubliable James Bond girl. Ils vivront une relation passionnelle et tumultueuse jusqu'en 1972.

L'acteur s'affiche ensuite au bras de l'actrice italienne Laura Antonelli, sa partenaire dans Les Mariés de l'an II (1971), avec laquelle il tourne de nouveau l'année suivante sous la direction de Claude Chabrol. Leur idylle durera jusqu'en 1980.

En 1983, Jean-Paul Belmondo interprète le commissaire Jordan dans Le Marginal. Il a pour partenaire l'actrice et chanteuse brésilienne Carlos Sotto Mayor, dont il tombe amoureux. Il lui donnera la réplique dans deux autres films, Joyeuses Pâques en 1984 et Le Solitaire en 1987. Bien que séparés, ils resteront bons amis. Des photos prises à l'été 2020 les montrent à nouveau très proches.

Un second mariage, et un bébé à 70 ans

A Roland-Garros, en 1989, Jean-Paul Belmondo rencontre celle qui deviendra sa deuxième épouse. Nathalie Tardivel, dite Natty, une danseuse de 32 ans sa cadette, est à ses côtés lorsque l'acteur est victime d'un AVC en 2001. Ils se marient l'année suivante et accueillent une petite fille, Stella, en 2003. Le couple divorce en 2008, après vingt ans de vie commune.

De 2008 à 2012, Jean-Paul Belmondo s'affiche aux côtés de Barbara Gandolfi, une ancienne mannequin belge à la réputation sulfureuse. Finaliste de Miss Belgique, candidate de L'Ile de la Tentation, playmate, la jeune femme a 42 ans de moins que Bébel. Une relation qui fera couler beaucoup d'encre.

Ses plus belles conquêtes à l'écran

S'il est souvent tombé amoureux sur des plateaux de tournage, Jean-Paul Belmondo a également vécu de nombreuses idylles à l'écran. Dans À bout de souffle, film emblématique de La Nouvelle Vague, il incarne un malfrat qui s'entiche d'une étudiante américaine incarnée par Jean Seberg. En 1961, il s'éprend du personnage interprété par Claudia Cardinale dans Le Mauvais chemin. Il retrouvera la brune volcanique dans Cartouche (1962) et La Scoumoune (1972). «Tu me parles avec des mots, et moi, je te regarde avec des sentiments» déclare Marianne (Anna Karina) à Pierrot le Fou, qui abandonne pour elle femme et enfants. L'histoire d'une passion impossible qui restera, comme tant d'autres, dans les annales du cinéma.

Invitée à lui remettre un Lion d'or d'honneur lors du Festival de Venise en 2016, Sophie Marceau, qui succomba au charme de l'acteur dans Joyeuses Pâques, déclare «Je me rappelle quand tu m'as prise dans tes bras et je me rappelle aussi de Claudia Cardinale, de Sophia Loren, d'Ursula Andress, de Jean Seberg, d'Anna Karina, de Françoise Dorléac, de Catherine Deneuve, d‘Annie Girardot, d'Emmanuelle Riva... parce que même en soutane, tu les faisais toutes craquer».

A lire aussi:

Jean-Paul Belmondo: l‘As des as joue sa dernière carte