Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Stairwage, l'appli qui facilite les acomptes sur salaire
Le Point09/11/2020 à 06:57

En France, contrairement à d'autres pays, le salarié doit être capable de subvenir à ses besoins jusqu'au versement du salaire en fin de mois. S'il est possible de demander un acompte, pour accéder aux sommes déjà gagnées au cours du mois, les démarches - gênantes pour le salarié et contraignantes pour l'entreprise - en limitent très largement la pratique. Lancée par Yann Le Floc'h, l'application Stairwage mise sur l'automatisation des demandes et l'avance de la trésorerie aux entreprises clientes pour populariser le versement du salaire à la demande. Explications.

Le Point : Courantes dans le monde anglo-saxon, les jeunes pousses qui proposent des avances sur salaire arrivent tout juste en France. Comment expliquer ce retard ?

Yann Le Floc'h : Chez les Anglo-Saxons, les avances sur salaire sont monnaie courante et sont gérées par des établissements proposant des crédits à la consommation associés à des taux d'intérêt qui crèvent tous les plafonds (« payday loan »), uniquement accessibles aux salariés, le plus souvent pour faire face à des imprévus financiers. Ces taux d'intérêt totalement fous ont plongé de nombreux salariés dans la spirale infernale du surendettement.

En France et en Europe, notre philosophie est différente, on estime que le salarié doit être capable de subvenir à ses besoins jusqu'au versement du salaire en fin de mois et le crédit à la consommation est

... Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer