Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Multispecies incroyabilis », le dragon d'avril du Muséum
Le Point09/04/2019 à 20:05

« Regarde, maman, un squelette de dragon ! » Ce n'est pas une blague. Dans une des vitrines centrales du rez-de-chaussée de la Galerie d'anatomie comparée et de paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle se trouve ce qui ressemble à un? dragon. Sur le cartel, à côté de la tortue d'Hermann, figure le nom de cette « pièce unique » : « Multispecies incroyabilis ».Nous sommes en présence d'une authentique faux. Une invention de toutes pièces, composée de plusieurs espèces, comme son nom l'indique (lézard, serpent, oiseau), et qui ressemble vaguement à Croque-Mou, le dragon noir du long métrage à succès Dragons. Le squelette d'un animal qui n'existe pas, pourtant exposé au c?ur des collections du musée, entouré de squelettes aux anatomies scientifiquement validées, celles-là.AmbiguïtéLe Muséum a-t-il hérité, à son insu, d'une « chimère », cet animal fantastique que l'on exposait dans les cabinets de curiosités jusqu'au XIXe siècle? ? Non pas. Ce Multispecies incroyabilis n'a rien à voir avec un faux ordinaire, bien que l'histoire de l'art et des musées regorge d'affaires de vrais devenus faux, le Muséeun ne faisant pas exception. Mais ce Multispecies incroyabilis a connu un autre trajet. Montré pour la première fois en 1998 lors de l'exposition « Ossements 98 », il faisait partie de clins d'?il potaches (le « clou de l'exposition » était un vrai clou fixé sur un socle?) dissimulés dans les...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer