Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Moscou interdit de diffusion près de 80 médias européens en Russie
information fournie par Reuters 25/06/2024 à 14:49

Le siège de l'Agence France Presse (AFP) à Paris

Le siège de l'Agence France Presse (AFP) à Paris

Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé mardi interdire de diffusion en Russie des dizaines de médias de l'Union européenne (UE), en représailles à l'interdiction de plusieurs médias russes instaurée par Bruxelles.

Parmi les médias concernés, figurent Le Monde, Libération, Radio France, l'Agence France-Presse, mais aussi Der Spiegel, El Mundo, El Pais, la Stampa ou encore la Rai et Politico.

L'UE a annoncé en mai qu'elle suspendait la distribution de ce qu'elle a décrit comme quatre "réseaux de propagande liés au Kremlin", les privant ainsi de leurs droits de diffusion dans l'Union, visant Voice of Europe, l'agence de presse RIA et les journaux Izvestia et Rossiyskaya Gazeta.

Le ministère russe des Affaires étrangères a répliqué mardi en publiant une liste de 81 médias de 25 États membres de l'UE, dont les diffusions ne seraient plus disponibles sur le territoire russe.

Il a accusé ces médias de "diffuser systématiquement des informations inexactes" sur les opérations militaires russes en Ukraine.

"La Fédération de Russie a averti à plusieurs reprises et à différents niveaux que le harcèlement de journalistes nationaux à des fins politiques et les interdictions injustifiées de médias russes dans l'UE ne resteraient pas sans réponse", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Malgré cela, Bruxelles et les capitales des pays de l'Union ont préféré suivre la voie de l'escalade, obligeant Moscou à adopter des contre-mesures miroir et proportionnelles".

Le ministère a déclaré qu'il réexaminerait sa propre interdiction si l'UE levait ses restrictions sur RIA, Izvestia et le journal Rossiyskaya Gazeta, qu'il qualifie tous d'organes de presse russes.

(Rédaction de Reuters, rédigé par Andrew Osborn, Nicolas Delame pour la version française, édité par Blandine Hénault)

14 commentaires

  • 25 juin 19:01

    Delaport serait Français... Le plus extrémiste des anti-français aime la soupe mais pas les gens qui lui donnent.
    Ca me rappelle les adhérents zélés de la Milice Française dans les années 40.


Signaler le commentaire

Fermer