1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Magnetism » autour de statues et bijoux vaudous
Le Point27/02/2020 à 15:38

Dans l'exposition « Magnetism »*, le choix a été fait de faire cohabiter des objets dont la source et l'inspiration vaudoues sont fortement revendiquées par deux femmes littéralement accro à cette religion africaine : Agnès Lefebvre et Valérie Bui. L'une est antiquaire, l'autre est créatrice de bijoux. Ensemble, elles ont décidé, autour du vaudou, de proposer une rencontre entre d'authentiques objets vaudous anciens, dont la patine sombre témoigne de la « charge » magique, et des bijoux contemporains lumineux qui trouvent leur inspiration dans les rituels vaudous. C'est donc autour de cette idée que l'exposition « Magnetism » a été montée dans un hôtel particulier, du côté de la rue des Archives, et ce en pleine fashion week parisienne. L'une comme l'autre sont des collectionneuses passionnées d'objets africains et sont animées par des obsessions croisées où l'Afrique tient une place centrale.Agnès Lefebvre : « le vaudou a un écho personnel »Pour Agnès Lefebvre, il y a des moments-clefs. Tout est parti d'un choc ressenti lors de son premier voyage en Afrique, au Cameroun, à l'âge de 13 ans. Beaucoup plus tard, à l'école du Louvre, ses professeurs sont Jean Guiart, Étienne Féau (alors conservateur du musée des Arts d'Afrique et d'Océanie) et Jean Polet, archéologue et historien de l'art qui dirigera ensuite la chaire d'archéologie et d'histoire de l'art subsaharien à la Sorbonne.Grâce à une bourse d'étude de la...

Lire la suite sur LePoint.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer