Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Macron président, mais victoire du finance bashing »

Le Cercle des économistes09/05/2017 à 11:45

Crédit : Pablo Tupin-Noriega (Wikimedia France) - Emmanuel Macron au sommet Franco-Chinois de Toulouse

Les urnes ont parlé. Emmanuel Macron est élu président de la République. Pendant la campagne, de nombreuses voix s’étaient élevées pour dénoncer le « candidat des marchés financiers ». Pour Catherine Lubochinsky, il est urgent que les opérateurs réagissent afin de lutter contre un « finance bashing » dévastateur.

Certes, si Marine Le Pen avait remporté cette élection, seules les positions longues en volatilité auraient été profitables ! Comme l’écrivait Bertrand Jacquillat, ici-même, il y a deux semaines : « la quintessence de l’horreur pour les investisseurs a été évitée ». Ces derniers ont largement anticipé ce résultat du second tour : l’adjudication par l’Agence France Trésor de jeudi dernier a permis à l’Etat français de se financer à 10 ans à 0,81 % (au lieu des 0,97% le mois précédent) d’où un écart de taux par rapport à celui de l’Allemagne réduit de presque moitié par rapport à février dernier. Le projet de taxer forfaitairement les revenus des actifs financiers et celui de sortir ces derniers de l’assiette de l’impôt sur la fortune devraient contribuer favorablement à l’évolution des marchés boursiers.

Cependant, il ressort un autre vainqueur de cette campagne électorale : le « finance bashing ». En totalisant les voix des électeurs du premier tour qui se sont portées sur des candidats ayant mis en accusation la finance, c’est sans conteste le rejet de cette dernière qui apparaît comme le thème le plus fédérateur. Au cours des débats économiques et monétaires, de nombreuses hérésies ont été prononcées, confirmant ainsi une éducation défaillante en ces domaines. Ainsi a-t-il été envisagé une double circulation monétaire Euro et « Franc », plus impossible que dangereuse puisque les traités l’interdisent ! Les propos véhéments réservés à l’encontre de LA finance – des banques et des marchés –, ont quant à eux révélé une quasi hystérie collective. Paradoxalement, selon la dernière enquête de la Fédération Bancaire Française (septembre 2016), environ 75% des français interrogés ont une image favorable de leur banque et reconnaissent le rôle central des banques dans le financement de l’économie et des entreprises !

Il est temps que les acteurs de la sphère financière s’interrogent sur ce phénomène de rejet de la finance, phénomène qui prend de l’ampleur et qui risque fort, à terme, de conduire à la victoire d’un candidat véhiculant un discours irrationnel et dévastateur. Une première étape serait d’endiguer les excès et les comportements inappropriés, et malheureusement, la liste de ces derniers est assez fournie. Les amendes colossales infligées aux banques (321 milliards de dollars depuis la crise dont 63% pour les banques d’Amérique du Nord ; source Boston Consulting Group) correspondent aux comportements non conformes à la règlementation.

D’autres comportements, conformes à la règlementation, n’en sont pas moins exempts de reproches : il est, par exemple, difficile de justifier celui de certains fonds de private equity laissant exsangues des entreprises ; de justifier l’accroissement des bonus de fin d’année des « patrons » alors que la rémunération de leurs salariés stagne ; de justifier la focalisation des dirigeants sur des critères dictés par les marchés financiers (et les actionnaires…), etc. Défrayant souvent la chronique, ces comportements ont un impact délétère sur la perception du « monde de la finance » par le « peuple ».

Ce n’est pas la finance verte, ou socialement responsable de quelques investisseurs, qui va suffire à redorer le blason de la finance. Cette dernière n’a pas à être morale (elle est amorale) mais elle ne doit pas être immorale. De par sa dimension « bien collectif », elle doit être régulée. Des progrès ont été réalisés en ce domaine depuis la crise. Le chantier est cependant loin d’être clos mais il se heurte à un problème de coopération difficile entre les pays. Une coopération européenne renforcée est plus que jamais nécessaire face aux dérives anglo-saxonnes.

 

Catherine Lubochinsky

Professeur à l’Université Paris 2

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.