Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Pen relaxée dans l'affaire des photos d'exactions de Daech
Reuters04/05/2021 à 14:49

LE PEN RELAXÉE DANS L'AFFAIRE DES PHOTOS D'EXACTIONS DE DAECH

LE PEN RELAXÉE DANS L'AFFAIRE DES PHOTOS D'EXACTIONS DE DAECH

PARIS (Reuters) - La présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, a été relaxée mardi dans une affaire de publication en 2015 sur les réseaux sociaux de photos d'exactions commises par le groupe Etat islamique.

Absente lors du prononcé du jugement par le tribunal correctionnel de Nanterre, la candidate à la présidentielle de 2022 était jugée pour avoir diffusé "un message à caractère violent ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine".

Elle avait diffusé ces images sur Twitter en réaction au parallèle établi selon elle par certains médias entre son parti - le Front national à l'époque - et l'organisation djihadiste.

L'Assemblée nationale avait levé son immunité parlementaire en 2017 et Marine Le Pen était passible d'une peine de trois ans de prison et d'une amende de 75.000 euros. Le parquet de Nanterre avait requis une amende de 5.000 euros.

Devant le tribunal en février dernier, Marine Le Pen avait revendiqué le droit de diffuser ces photos au nom de la liberté d'informer.

"C'est une grande victoire pour le droit parce qu'était en jeu dans le dossier la liberté d'expression. Cette liberté d'expression a été reconnue comme totale pour un responsable politique de premier rang", s'est félicité un de ses avocats, Rodolphe Bosselut.

"Le tribunal a reconnu qu'il n'y avait aucun caractère prosélyte à la diffusion de ces photos. (...) Il y avait un caractère légitime et d'intérêt général à pouvoir évoquer ce genre de sujet", a-t-il ajouté.

Poursuivi pour les mêmes faits, le député européen Gilbert Collard a également été relaxé.

(Tangi Salaün, Claude Chendjou et Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse)

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • paulin17
    04 mai16:27

    Mimi vous trouvez que la liberté d'expression s'est améliorée depuis qqes années? Qu'on peux dire ce qu'on veux ou on veux sans risquer de poursuites? qui est responsable de ces restrictions d'expression?? pkoi venir accuser le RN?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer