Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouverneur de la banque centrale du Liban visé par une plainte en France, selon l'ONG Sherpa
Reuters03/05/2021 à 11:44

LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE CENTRALE DU LIBAN VISÉ PAR UNE PLAINTE EN FRANCE, SELON L'ONG SHERPA

LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE CENTRALE DU LIBAN VISÉ PAR UNE PLAINTE EN FRANCE, SELON L'ONG SHERPA

PARIS (Reuters) - Le gouverneur de la banque centrale du Liban, Riad Salamé, est visé par une plainte déposée en France par l'association Sherpa pour des soupçons de biens mal acquis, a déclaré lundi à Reuters une responsable de l'organisation non gouvernementale (ONG), Laura Rousseau.

L'association de lutte contre la corruption avait auparavant indiqué qu'une plainte avait été déposée, en collaboration avec le Collectif des victimes des pratiques frauduleuses et criminelles au Liban, devant le Parquet national financier (PNF) français pour corruption et blanchiment d'argent dans et à l'extérieur du pays du Cèdre.

"La plainte déposée vise non seulement des faits de blanchiment en lien avec l'externalisation de capitaux considérables à compter de la crise de l'automne 2019, mais également les conditions suspectes dans lesquelles ont été acquis par des responsables libanais privés ou publics ces dernières années sur le territoire français des biens immobiliers parfois très luxueux", a écrit l'ONG dans un communiqué.

Le communiqué ne précise pas l'identité des personnes visées.

La plainte déposée vendredi contre le gouverneur de la banque centrale du Liban porte sur des biens immobiliers en France d'une valeur de plusieurs millions d'euros, a précisé Laura Rousseau.

Sollicité, le PNF n'était pas disponible dans l'immédiat pour un commentaire.

De son côté, Riad Salamé a réagi lundi auprès de Reuters en affirmant avoir acquis ses biens en France avant de prendre ses fonctions à la banque centrale du Liban. Par le passé, il a déjà démenti les accusations de corruption en son encontre, disant être l'objet d'une campagne de dénigrement.

"L'objectif final de cette procédure de biens mal acquis est la restitution des avoirs à la population libanaise qui a été spoliée et la lutte contre la corruption", souligne l'association Sherpa dans son communiqué.

L'ONG rappelle que Transparency International, qui mesure le degré de perception de la corruption au niveau mondial, a classé le Liban au 149ème rang sur 180 de son étude.

Sherpa et d'autres organisations non gouvernementales ont déposé des plaintes similaires par le passé, dont une contre Rifaat al Assad, oncle du président syrien Bachar al Assad, condamné récemment par la justice française à une peine de quatre ans de prison pour blanchiment.

Le Liban est plongé dans sa crise la plus profonde, au niveau politique et économique, depuis la guerre civile de 1975-1990, sur fond de défiance à l'égard des élites, accusées de corruption.

Paris est depuis huit mois à la tête des efforts internationaux pour sortir le Liban de cette crise.

(John Irish, Claude Chendjou avec Laila Bassam, édité par Blandine Hénault)

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • clam92
    03 mai12:26

    Les Salamé , Hariri et autres Haddad sont toujours les mêmes au pouvoir

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer