Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

La Russie expulse 85 diplomates français, espagnols et italiens
information fournie par Reuters18/05/2022 à 19:11

LA RUSSIE EXPULSE 85 DIPLOMATES FRANÇAIS, ESPAGNOLS ET ITALIENS

LA RUSSIE EXPULSE 85 DIPLOMATES FRANÇAIS, ESPAGNOLS ET ITALIENS

LONDRES (Reuters) - La Russie a annoncé mercredi l'expulsion de 85 diplomates français, espagnols et italiens, en réponse à des mesures similaires prises par ces pays.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré qu'il expulsait 34 diplomates français, 27 espagnols et 24 italiens.

Ces trois pays font partie des nations européennes qui ont collectivement expulsé plus de 300 diplomates russes depuis l'invasion du 24 février. Dans de nombreux cas, ils ont accusé les diplomates russes d'espionnage, ce que Moscou a nié.

La France a déclaré que la décision russe ne reposait "sur aucun fondement", précisant avoir de son côté expulsé non des diplomates mais des "agents russes" qui agissaient sous un statut diplomatique et oeuvraient contre les intérêts de sécurité de la France.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a qualifié l'annonce faite mercredi par Moscou d'"acte hostile" et a déclaré que les canaux diplomatiques ne devaient pas être interrompus.

L'Espagne a rejeté la décision russe, estimant qu'elle n'était pas fondée sur le principe de réciprocité, invoquant également des "raisons de sécurité dûment justifiées" pour l'expulsion du personnel de l'ambassade russe de Madrid le mois dernier, "ce qui n'est pas le cas aujourd'hui", a déclaré le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.

L'Italie, tout comme la France, a souligné que son personnel avait toujours agi conformément à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

"En réitérant notre ferme condamnation de l'agression contre l'Ukraine par la Fédération de Russie, l'Italie exige fermement un cessez-le-feu immédiat qui mettra fin aux souffrances des populations civiles et garantira le début de négociations concrètes pour une solution politique et durable au conflit", a déclaré le ministère italien des Affaires étrangères.

(Reportage Emma Pinedo et Angelo Amante, rédaction Mark Trevelyan, version française Lou Phily, édité par Jean-Michel Bélot)

8 commentaires

  • 19 mai09:44

    Un peu d'historique peut rafraichir les mémoires (si tant est que certains en aient). Au sortir de la guerre "froide", les Russes voyaient leur avenir dans une Europe réconciliée, avec des mécanismes de sécurité partagés. L'Alliance Atlantique s'est refusée à cette ouverture (plus que d'esprit) , avec comme conséquences, la réaction nationaliste que nous voyons actuellement. C'est tout un processus de compréhension que nous, Occidentaux avons soigneusement évité ...